RMC

Escalade de la violence: "Il a sorti un couteau, moi aussi... et on s’est retrouvé face à face comme des cons"

TEMOIGNAGE RMC - Loïc, auditeur de RMC, confie se déplacer souvent avec un couteau sur lui, estimant que "c'est le seul moyen de se protéger, lui et sa famille" en cas d'agression. Un témoignage qui fait polémique dans les "Grandes Gueules".

Un jeune vendeur d'une boutique de téléphonie âgé de 18 ans a été mortellement poignardé par un client samedi dans un centre commercial de Claye-Souilly en Seine-et-Marne. L'auteur des coups, un homme de 62 ans, s'est présenté à la boutique de téléphonie samedi midi, pour un "différend commercial" demandant "un remboursement qu'il n'a pas obtenu", selon plusieurs sources policières. Il serait revenu quelques minutes plus tard armé d'un couteau avant de poignarder les vendeurs "au niveau du cour". 

Un drame qui pose question sur la profusion de personnes portant des couteaux et se déplaçant dans l'espace public. Les "Grandes Gueules" de RMC vous posaient donc la question suivante: l'escalade de violence vous fait-elle peur?

Pour Loïc, expert-comptable dans le Val-de-Marne, c'est une nécessité pour pouvoir se protéger après plusieurs agressions, raconte-t-il ce lundi dans les "Grandes Gueules".

Conséquence, il a choisi de se défendre lui-même assurant que la police est impuissante et déplorant que La République ne puisse le défendre: "Pour m’en sortir, je suis parti vers une forme de violence, j’ai fait du taekwondo".

>> A LIRE AUSSI - Vendeur tué dans un centre commercial: "Il disait qu'on lui avait volé son argent et qu'il était venu le récupérer"

"On s’est retrouvé face à face comme des cons"

"Un soir, il m’est arrivé ce qu'il ne fallait pas, mais heureusement ça n’a pas dérapé face à un plusieurs personnes. Un gars a sorti un couteau, j’ai sorti le mien aussi et on s’est retrouvé face à face comme des cons. Moi, tremblant, en espérant que ça ne dérape pas. Ils m’ont demandé ce que j’allais faire tout seul et j’ai dit que, celui avec un couteau et une grande gueule il terminerait avec moi, et je ne serais pas le seul à crever. Cela s’est dégonflé d’un coup", raconte Loïc.
"S’en est suivi une énorme remise en question de mon comportement mais ce qui est certain, c’est que plus jamais, je ne risque de mourir face à un couteau. Je préfère fuir...", poursuit-il. "Malheureusement le couteau est la seule chose qu’on peut porter sur soi qui pourrait éventuellement défendre ma famille", conclu Loïc. 

Samedi, l'homme qui a tué un vendeur et gravement blessé un autre avant de tenter de s'en prendre à un autre, a été maîtrisé grâce à l'intervention courageuse de plusieurs passants.

>> A LIRE AUSSI - "C’est un honneur et une fierté": deux policiers, père et fils, vont défiler pour le 14 juillet

La rédaction de RMC