RMC

George Fenech dénonce une ambiance sectaire dans la campagne de François Fillon

Dans son livre Qui imagine le général De Gaulle mis en examen? (éd. First), George Fenech, ancien député du Rhône raconte les coulisses de la campagne de François Fillon.

Qui imagine le général De Gaulle mis en examen? (ed. First). C’est le titre du livre de George Fenech, sorti le 6 juillet dernier. Il y raconte sa version de la désastreuse campagne présidentielle de François Fillon. Dès le début de l’affaire, l’ancien député Les Républicains du Rhône a alerté sur la nécessité de changer de candidat. Sans succès.

"Borloo m’a téléphoné et m’a dit ‘en ce moment, Fillon c’est Waco’"

Invité des Grandes Gueules mardi, George Fenech dénonce une ambiance sectaire autour du candidat de son parti. "J’ai une certaine expérience en matière de lutte contre les sectes, j’ai présidé la Miviludes. Je me suis demandé si je n’étais pas déformé par mon expérience, raconte-t-il. Mais je n’étais pas le seul à le penser. Nicolas Sarkozy l’a pensé et la dit en privé. Borloo m’a téléphoné et me l’a dit en privé. Il m’a dit ‘en ce moment, Fillon c’est Waco’ (ville du Texas où après un long siège par les forces de police, 82 membres d’une secte sont décédées dans un incendie, NDLR). Je ne suis pas le seul à l’avoir pensé. Ça a été un suicide collectif. Nous avons été victime d’une emprise mentale collective, une hallucination. J’ai retrouvé tous ces critères qui caractérisent la dérive sectaire: ‘nous sommes victimes d’un complot, la terre entière est contre nous, les juges sont contre nous, la presse est inféodée au pouvoir, restons entre nous, bunkérisons parce qu’il faut qu’on se protège’. Jusqu’au suicide collectif qui est encore une caractéristique".

Les GG (avec A.M.)