RMC

Influence des sondages: "les gens qui suivent le candidat qui monte, je trouve ça assez lamentable"

Avec l’imminence de l’élection présidentielle, les sondages inondent l’espace médiatique. Pour la Grande Gueule Johnny Blanc, les sondages sont un bon indicateur mais ne doivent pas influencer le vote.

Régulièrement critiquées pour leurs erreurs, les enquêtes d'opinion sont également accusées de créer des "bulles" autour de certains candidats. Mais dans quelles mesures peuvent-elles vraiment jouer sur nos décisions? Si la Grande Gueule Johnny Blanc consulte régulièrement les sondages, il affirme que cela n'influence en rien le choix de son candidat. 

"Evidemment qu’on regarde les sondages. Nous avons tous nos idées et tous notre poulain et on regarde où il en est. Cependant, ça n’influence certainement pas mon vote et les gens qui disent suivre le candidat qui monte, je trouve ça assez lamentable. Si la seule opinion qu’on ait est de suivre celui qui monte, alors il vaut mieux rester chez soi et ne pas aller voter".

Pour la Grande Gueule, cela ne signifie pas renier le vote utile. Selon lui, l’arrivée au second tour de Jean-Marie Le Pen en 2002 fait jurisprudence. "Je crois à la notion du vote utile et devant l’urne, tu te poses cette question-là. Quelqu’un qui va faire 1,5 ou 2% ne changera strictement rien au problème. Ses idées ne traverseront jamais cette muraille et c’est enlever des points au candidat qui peut gagner. Rappelons-nous de Jospin et Taubira en 2002, ça s’est joué à 190 000 voix pour envoyer Le Pen au second tour".

Les Grandes Gueules avec A. B.