RMC

Je suis maman de policier: ces gens-là risquent leur vie pour une misère

A seulement trois jours de l’élection présidentielle, un policier a été tué et deux autres grièvement blessés lors d’une fusillade, aux alentours de 21 heures, sur la célèbre avenue des Champs-Elysées, à Paris. Un acte terroriste qui va changer le vote de Laetitia, femme de policier.

C'était le scénario redouté par tous: un attentat à la veille de la présidentielle. A trois jours du vote, sur l’avenue la plus emblématique du pays, les Champs-Elysées, une fusillade réveille les craintes. Le but des terroristes est atteint: imposer la peur pour perturber le choix des électeurs, pour l’influencer. Pour Laetitia, auditrice des Grandes Gueules et femme de policier, les affirmations de Philippe Poutou qui souhaite les désarmer sont scandaleuses. "Ça va changer mon vote. Je voulais faire un vote sanction et je vais faire un vote utile. Je suis très en colère parce que j’ai vu la réaction de Monsieur Poutou. Je suis maman de policier, épouse de policier et de militaire, mon gendre est policier aussi et ces gens-là risquent leur vie pour une misère. Mon mari est à la retraite mais réserviste actif donc il travaille alors qu’il est censé se reposer après 35 ans dans la rue. Il gagne 2 000 euros net par mois. Quand Poutou dit qu’il faut désarmer les policiers, qu’il compare les suicides à France Télécom par rapport à un policier qui risque sa vie c’est scandaleux."

Comme l’explique Laetitia dans son coup de gueule, être femme et mère de policiers est loin d’être une partie de plaisir au quotidien, ce qui ne la pousse pas à voter Marine Le Pen. "Nous avons sans arrêt nos voitures dégradées. Les syndicats nous ont fait nous retirer de Facebook pour ne pas que l’on sache que l’on est une famille de policier. Il y a une manif qui se fait bientôt dont je ne donnerais pas la date et l’heure pour ne pas les mettre en dangers. Je ne suis pas payée pour ça, pour ce stress en permanence. Nous avons passé la nuit au téléphone parce que nous avons notre fille qui est policière. Dans ce contexte, le NPA personne n’en parle. Ce sont des gens qui appellent à la haine du flic, et c’est l’extrême gauche qui participe à ça. C’est aussi dangereux que madame le Pen, et qu’on arrête de dire que les flics votent Madame Le Pen, ce n’est pas vrai. On vote souvent à gauche. On fait des missions d’assistances la plupart du temps et on connait la misère".

Les Grandes Gueules avec A. B.