RMC

Un débat télé avec cinq candidats, "c'est la fin de la démocratie" pour Nicolas Dupont-Aignan

A quelques heures d’un premier débat entre les cinq candidats favoris à la présidentielle, Nicolas Dupont-Aignan ne décolère pas. Comme les 5 autres candidats crédités du moins d’intentions de vote, il ne participera pas aux échanges de ce lundi soir.

Ils sont six à être exclus. Malgré la validation de leur candidature par le Conseil constitutionnel, Philippe Poutou (NPA), Nathalie Arthaud (Lutte Ouvrière), Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France), François Asselineau (UPR), le centriste Jean Lassalle et Jacques Cheminade seront absents du grand débat télévisé de ce lundi soir sur TF1. Une décision de la chaîne qui révulse le candidat de Debout la France. Après avoir saisi le CSA et le Conseil d’Etat - qui l’ont débouté - Nicolas Dupont-Aignan a quitté le plateau du 20 Heure dimanche dernier en signe de protestation. Une attitude qu’il justifie par une absence de démocratie.

"Qui choisit en démocratie? C’est le peuple. Quand il y a eu les primaires chez Les Républicains et les primaires socialistes, TF1, BFM et France 2 ont organisé trois débats et tout le monde a été invité. Heureusement parce que, qui a gagné la primaire socialiste? C’est Benoit Hamon qui était à 2% et chez Les Républicains, c’est François Fillon qui était à 8% d’intentions de vote. Alors, si on prenait les mêmes règles qu’a décidé TF1, à cinq semaines du premier tour, en n’organisant qu’un seul débat, les deux vainqueurs de la primaire n’auraient pas pu concourir".

Nicolas Dupont-Aignan lance donc un appel aux Français pour dénoncer une "petite caste qui décide à la place des autres".

"C’est comme si, aux Jeux Olympiques, les coureurs sont sélectionnés et une fois sur la piste, une chaîne de télé choisit ceux qu’elle considère comme grands. C’est la fin de la démocratie parce que demain vous aurez une chaîne de télé qui ne prendra que trois ou deux candidats. C’est au peuple français d’être juge. Soit on change les règles du jeu et il n’y a plus les 500 parrainages, soit on trouve autre chose. Je mets en garde les Français. C’est une petite caste qui décide à la place des autres. S’il y a eu autant de partage de ma vidéo (où il quitte le plateau de TF1 ndlr) c’est parce qu’il y a une révolte considérable dans ce pays, face à ce déni de démocratie. Il y avait toutes les possibilités pour organiser ce débat. Aux Etats-Unis, il y avait treize personnes sur un plateau".

Radio Brunet avec A. B.