RMC

Immobilier: les ventes en baisse en 2023, les prix aussi

Dans l’immobilier, les ventes devraient baisser de 10% en 2023 selon la Fnaim. Avec un impact sur les prix.

L’année 2023 pourrait marquer la fin des années fastes pour le marché de l’immobilier. Car 2022 restera comme l’année d’un choc de pouvoir d’achat majeur pour les Français qui souhaitent acquérir un bien immobilier. Entre la hausse des taux d’intérêt, le taux d’usure trop bas qui bloque l’octroi de crédits et la hausse des prix du mètre carré (1.700 euros le m² avant Covid, 2.400 euros aujourd’hui), les ménages, à mensualité identique, pouvaient acheter 20 m² en plus il y a un an, soit une ou deux pièces.

Résultat, il y a moins de transactions. Alors qu'en 2021, aucun département n'affichait de baisse des ventes, ils sont plus d'une soixantaine à être dans le rouge aujourd'hui. Les plus fortes baisses sont à l'ouest. Les prix devraient donc baisser…

Et tous les signes d’une baisse des ventes sont là. Les agences constatent moins de demandes de visites, plus de demandes de baisse de prix.

Vers une baisse des prix de 5 à 7%

Pour la Fnaim, les ventes devraient baisser de 10% cette année à l’échelle du pays. Et mécaniquement, la baisse des ventes aura un effet sur les prix. Le réseau Century 21 estime qu’ils pourraient baisser de 5 à 7% à l’échelle du pays cette année.

Les demandes des acheteurs évoluent aussi. Le mouvement vers la périphérie post-Covid se calme franchement (hausse des carburants). Et puis surtout, l’engouement pour les logements à rénover a disparu. C’est plutôt un repoussoir aujourd’hui. C’est le cas notamment pour les logements mal isolés, coûteux en chauffage et qui sont progressivement interdits à la location.

Ce qui, du coup, provoque une raréfaction des biens à louer: 87 demandes pour un studio à louer, contre 50 l’an dernier. Les loyers, eux, ne vont pas baisser.

Emmanuel Lechypre