RMC

"L'Etat nous met à poil": les bouchers manifestent contre la hausse des prix de l'énergie

Les bouchers sont dans la rue ce lundi, à Bordeaux. Ils veulent dénoncer la hausse des prix de l'énergie qui menace leur activité. Selon la fédération des artisans bouchers de la Gironde, un artisan sur deux pourrait fermer d'ici le printemps.

Les bouchers se rassemblent, à 11h ce lundi à Bordeaux, à l’appel du syndicat de la boucherie de Gironde, et tirent la sonnette d’alarme. Un artisan sur deux pourrait fermer dans le département d’ici le printemps, à cause de la hausse des prix de l’énergie notamment.

S’ils n’ont pas l’habitude de se mobiliser, les bouchers veulent faire passer un message, comme l’explique Franck Barbieri.

“Comme l’Etat nous met à poil, l’idée, c’est d’y aller en tablier, torse-nu et en short pour montrer qu’on a été mis à poil par tout ce qui se passe”, indique-t-il.

Avec une situation difficile dans sa boucherie, face à la hausse du prix de l’énergie et des matières premières. “On compte les sous. Toutes les semaines, on compte, pour finir le mois le plus facilement possible, mais ce n’est pas facile parce que début janvier, on a reçu toutes les augmentations, les parties administratives, l'URSSAF, les échéanciers qui sont repartis, donc c’est compliqué”, appuie-t-il.

Un jour pas travaillé par semaine pour économiser l'électricité

Dans la boucherie de François-Xavier Marques, ce sont les mêmes difficultés. “On s’est mis à fermer les mardis pour économiser une journée d’électricité. Du coup, ça nous a permis de rester stable au niveau de l’énergie”, précise-t-il. Une augmentation des prix qui a des conséquences aussi sur son personnel.

“J’ai un apprenti qui est là depuis un an et demi, mais je ne pourrai pas l’embaucher. Je ne peux pas payer les charges sur un salarié. Je ne peux plus me permettre d’avoir trois salariés”, appuie-t-il.

Une cagnotte en ligne a été créée pour soutenir les bouchers.

Elena Vorms avec Guillaume Descours