RMC

Le prix des glaces en hausse cet été, conséquence inattendue de l'inflation

Face à l'inflation et à la hausse des prix des matières premières, les vacanciers pourraient payer plus cher leurs glaces cet été. Selon la confédération des glaciers, le prix d'une boule de glace pourrait augmenter de 50 centimes en moyenne.

On en consomme près de 360 millions de litres, soit environ 6 litres par habitant et par an en France. Et c'est la star de nos étés: la glace. Mais cette dernière est elle aussi touchée par l'inflation et voit son prix augmenter.

La confédération des glaciers estime que le prix d'une boule de glace risque d'augmenter de cinquante centimes en moyenne. En cause, la hausse du prix des matières premières, comme la crème, le sucre, les œufs ou encore les fruits rouges.

Dans le quartier du Vieux-Port, à Marseille, l’augmentation du prix des glaces ne décourage pas les vacanciers.

“Oui, le prix a augmenté, mais nous, on consomme toujours de la glace en vacances. La glace, c’est les vacances, c’est le soleil, donc ça ne nous arrêtera pas”, indique une touriste. “C’est un plaisir de vacances, donc ça n’a pas de prix”, ajoute une autre.

Augmenter les prix ou rogner sur sa marge, le dilemme des glaciers

Chez le glacier Vanille Noire, deux boules coûtent 5,50 euros, c’est 60 centimes de plus par rapport à l'année dernière. Nicolas Decitre répercute l’augmentation des matières premières pour garder la qualité.

“Si je reste à 80% de pêches, 80 % de prunes etc, tout s’envole. Donc je me suis dit, je reste ce qui a fait Vanille Noire, c’est-à-dire des glaces qui sont fortes en goût et on a un peu augmenté nos prix”, affirme-t-il.

D’autres ont décidé de ne pas toucher au prix et de rogner sur leur marge, comme l’explique Adrien Berard, gérant du Métropole.

“Je préfère, moi, faire un petit effort sur ma marge. Je n’ai pas envie de gâcher ce bel été, c’est le premier bel été qu’on a depuis trois ans, sans Covid. Donc, voilà, je n’ai pas envie que l’inflation vienne jouer les trouble-fête”, explique-t-il.

En contrepartie, il a décidé de supprimer les cartes de fidélité, comme d’autres gérants qui n’ont pas augmenté leurs prix.

Clémence Fournival avec Guillaume Descours