RMC

"Profiteurs" de crise: Olivia Grégoire n'hésitera pas à "les afficher sur la place publique"

Sur RMC, la ministre des PME Olivia Grégoire assure que le gouvernement est vigilant et n'hésitera pas à sévir si des fournisseurs d'électricité venaient à profiter de la crise énergétique ou à assurer un suivi trop partiel de leur service.

Plus que la coupure de courant, les Français craignent de recevoir leur facture d'électricité. Si le bouclier tarifaire limite la casse pour les particuliers, certains artisans ont vu leur facture grimper, multipliée parfois par 4, et une partie déplore des notes opaques et un manque de communication.

Dans ce contexte, alors que le marché s'est ouvert à la concurrence et que de nouveaux fournisseur ont vu le jour, la ministre déléguée chargée des Petites et moyennes entreprises, du Commerce, de l'Artisanat et du Tourisme Olivia Grégoire, assure que le gouvernement est vigilant face à d'éventuels abus: "Nous sommes très attentifs. Je ne dirais pas que certains abusent, mais il y en a qui manquent de clarté et de présence, et manquent d’informations à donner à leur clients", explique-t-elle ce vendredi sur le plateau des "Grandes Gueules".

"On doit donner des informations aux clients et on doit leur répondre au téléphone. On a remis un peu de pression dans le tube pour que ce soit le cas", ajoute la ministre sur RMC et RMC Story.

"Quand il y a des crises, les petits concurrents d’EDF ne tiennent pas la route"

Quant aux profiteurs de crise, il n'y en a pas pour l'instant assure Oliva Grégoire. Et si des comportements abusifs étaient découverts, le gouvernement n'hésiterait pas à agir et les dénoncer en place publique: "Bruno Le Maire (le ministre de l'Economie, ndlr), m’a demandé si certains abusent de le dire et de les sanctionner.

"On a la DGCCRF, la Direction générale de la Concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, qui veille et on n'aura pas la main qui tremble si en janvier il vaut en afficher un ou deux sur la place publique", assure Olivia Grégoire.

La ministre des PME voit également un bon côté à cette crise énergétique. Elle aura au moins permis d'écarter les fournisseurs d'électricité les moins sérieux estime-t-elle: "C’est l’avantage du marché, quand il y a des crises, les petits concurrents d’EDF ne tiennent pas la route et le marché les exclu. Les autres qui sont plus solides tiennent la route, informent leurs clients et à chaque réunion à Bercy sont présents, jouant le jeu des tarifs. Les moins robustes, la crise les écrase", assure Olivia Grégoire.

Guillaume Dussourt