RMC

Guerre en Ukraine: Volodymyr Zelensky en visite surprise à Kherson après le départ de l'armée russe

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, s'est rendu à Kherson ce lundi, pour une visite surprise. La région ainsi que la ville éponyme étaient aux mains des Russes depuis plusieurs mois, jusqu'à leur retrait, vendredi. Il a assisté à la levée du drapeau, en chantant l'hymne national, entouré de responsables militaires et civils.

Trois jours après la fin du retrait des troupes russes de la région de Kherson, en Ukraine, le président Volodymyr Zelensky s'est rendu dans la ville éponyme, ce lundi. Le président, devenu chef de guerre, a assisté à la levée du drapeau devant le bâtiment de l'administration régionale, en chantant l'hymne national, entouré de responsables militaires et civils.

"C'est important d'être ici (...) pour que les gens sentent que ce ne sont pas que des paroles et des promesses, mais qu'on revient vraiment et qu'on brandit vraiment notre drapeau", a-t-il souligné dans une courte vidéo publiée sur les réseaux sociaux.

De nombreux morts

Des habitants, justement, sont venus voir cette levée de drapeau, quand d'autres l'ont salué à son passage dans les rues de la ville. "Le prix de cette guerre est élevé. Des gens ont été blessés, un grand nombre de personnes sont mortes", a-t-il ajouté, soulignant "les combats acharnés" pour reprendre la localité.

Kherson avait été la première grande ville et le seul centre régional à tomber après l'invasion russe déclenchée fin février. Après huit mois d'occupation, les soldats russes ont finalement été contraints de se retirer, face à une large contre-offensive ukrainienne menée depuis des mois.

Interrogé sur ce déplacement du président ukrainien à Kherson, le Kremlin a de son côté continué d'affirmer que la ville et la région du même nom, dont Moscou revendique l'annexion, appartenait à la Russie.

"Les mois à venir seront difficiles. L'objectif de Poutine est de laisser l'Ukraine froide et sombre cet hiver", a averti, de son côté, le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, ce lundi.

Il fait notamment référence aux frappes massives de missiles et de drones kamikazes russes sur des structures énergétiques ukrainiennes ces dernières semaines.

AB