RMC

Féminicide: une femme meurt sous les coups de son mari dans les Bouches-du-Rhône

Un voleur de vélo a été piégé par l'une de ses victimes à Strasbourg. Il croyait se rendre à un rendez-vous pour le vendre à un acheteur ayant répondu à son annonce sur Le Bon Coin, il a à la place été interpellé par la police (image d'illustration).

Un voleur de vélo a été piégé par l'une de ses victimes à Strasbourg. Il croyait se rendre à un rendez-vous pour le vendre à un acheteur ayant répondu à son annonce sur Le Bon Coin, il a à la place été interpellé par la police (image d'illustration). - Mehdi Fedouach - AFP

Une femme de 34 ans est morte après avoir été frappé à de multiples reprises par son mari à Berre-l'Etang dans les Bouches-du-Rhône. Selon les premiers éléments, ce dernier l'aurait accusé de pratiquer des "actes de sorcellerie", alors qu'il se trouvait dans une psychose délirante.

Une femme de 34 ans est morte après de "multiples coups" portés par son mari mercredi dans leur domicile à Berre-l'Etang dans les Bouches-du-Rhône, a annoncé vendredi dans un communiqué le procureur d'Aix-en-Provence Jean-Luc Blachon. D'abord retrouvée inanimée par les secours qui ont tenté "de la réanimer sans succès", cette femme, mère de deux enfants, est morte peu avant 16 heures.

Son époux, âgé de 43 ans, a quant à lui été arrêté et placé en garde à vue par la gendarmerie nationale après avoir brièvement pris la fuite, en voiture puis à pied après un accident, a indiqué le procureur de la République.

"Psychose délirante"

L'époux a reconnu les faits corroborant l'autopsie qui "établissait que le décès de la victime était consécutif à de multiples coups qui lui avaient été portés", a-t-il précisé. L'homme a expliqué avoir "frappé à de multiples reprises son épouse à coups de poings et de pieds, persuadé qu'elle pratiquait sur lui des actes de sorcellerie", rapporte le procureur.

D'après le rapport d'examen psychiatrique, le mis en cause était atteint d'"une psychose délirante" lorsqu'il est passé à l'acte et présente "un état psychiatrique instable" également "évoqué par ses proches". Il doit être présenté vendredi à un juge d'instruction en vue de sa mise en examen pour "homicide volontaire sur conjoint".

En 2021, 122 femmes ont été tuées en France sous les coups de leur conjoint ou de leur ex-conjoint, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur.

G.D. avec AFP