RMC

L'imam Hassan Iquioussen expulsé par la Belgique vers le Maroc

Hassan Iquioussen qui avait été arrêté le 30 septembre dernier par la police belge après son expulsion de France pour des propos incitant à la haine et à la discrimination a été renvoyé au Maroc, ce vendredi, par la Belgique.

C'est peut-être l'épilogue d'un long feuilleton judiciaire, de presque six mois. En juillet dernier, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce l'expulsion du territoire français d'un imam: Hassan Iquioussen. Après plusieurs recours devant la justice, son expulsion est confirmée mais le prédicateur de 58 ans, fiché S, fuit en Belgique, le 30 août dernier, où il est arrêté, à Mons, après un mois de cavale.

D'abord emprisonné puis sous surveillance électronique, la Belgique l'a renvoyé vendredi soir à Casablanca après avoir reçu un laissez-passer des autorités marocaines ,refusé auprès de la France à l'époque, a officiellement annoncé la secrétaire d'État belge à l'Asile et à la Migration, Nicole De Moor.

"Le prédicateur de haine a été renvoyé. (Il n'y a) pas de place pour les extrémistes étrangers dans notre pays. On ne veut pas quelqu'un qui prêche la haine sur le sol européen" explique-t-elle.

"Une grande victoire contre le séparatisme" pour Darmanin

L'avocate de l'Imam, qui confirme l'information, regrette la volte-face du Maroc:

"C'est un déracinement pour lui. Cet homme est né en France, cette expulsion est un déracinement pour lui, ce n'est pas un retour et c'est un véritable exil. Sa vie privée et familiale est définitivement disloquée" estime-t-elle.

De son côté, l'entourage de Gérald Darmanin, qui s'était personnellement impliqué dans cette affaire, évoque "une grande victoire contre le séparatisme." Le Ministère de l'intérieur précise d'ailleurs que l'arrêté d'expulsion vaut interdiction de retour. Hassan Iquioussen ne peut donc pas revenir dans l'espace européen en l'état.

Antoine Martin avec MM