RMC

Père de famille qui s'est vengé à Roanne: les zones d'ombre à éclaircir lors des auditions

Le père de famille qui s'est vengé de l'agression sexuelle subie par sa fille, et trois de ses amis, sont auditionnés ce jeudi à 9h par la police de Roanne.

Une semaine après l'agression sexuelle d'une fillette de 6 ans à son domicile à Roanne, son père et trois de ses amis auditionnés ce jeudi à 9h par la police. Ils doivent répondre de violences aggravées en réunion avec usage d'une arme. Ils assument avoir interpellé et tabassé à coups de poing, de pied et fouetté avec un câble un mineur isolé qu'ils considèrent comme l'agresseur de la fillette.

La veille, dans la nuit de mercredi à jeudi dernier, cet homme est accusé d'avoir pénétré dans le domicile de cette famille roannaise et de s'être introduit dans la chambre de la fillette. Il aurait alors pratiqué des attouchements sexuels. Réveillée, la mère s'était retrouvée nez à nez avec l'homme qui a pris la fuite.

Qui a mis les coups?

Les auditions de ce jeudi doivent permettre d'éclairicir pas mal de zones d'ombre. Au cœur de ces auditions: le rôle de chacun. Entre le père et ses amis et le mineur isolé, les faits ne sont pas les mêmes.

Dans la nuit de vendredi à samedi, 24h après les attouchements, le jeune homme est interpellé par un voisin. Selon lui, il tente de passer par-dessus la barrière. Mais cette accusation n’apparait pas encore dans le dossier.

Pris en photo et reconnu par la mère, le suspect a ensuite été tabassé. Mais par qui ? Le père assure qu’il est le seul à avoir donné des coups.

Entendu mercredi en tant que victime, le mineur isolé a toujours du mal à expliquer sa présence en pleine nuit devant la maison. Il se promenait, dit-il, avant d’être pris à partie par des personnes qui se seraient déchaînées contre lui.

L’avocat du père s’interroge sur les suites judiciaires, et notamment sur la potentielle mise en garde à vue de son client avant son audition. D'autres témoins, des voisins et des amis de la famille, pourraient également être entendus.

Vincent Chevalier (édité par J.A.)