RMC

"Un homme capable de tout": une témoin raconte le système Jacques Bouthier

DOCUMENT RMC - Delphine, ancienne franchisée du groupe Assu 2000 a croisé la route de Jacques Bouthier, l'ex-patron du groupe mis en examen pour traite d'être humains et viols sur mineures. Elle est la première française a raconter ses agissements et explique l'insistance qu'il a pu avoir avec l'une de ses alternantes, âgée de 18 ans.

On n'avait encore jamais entendu de salarié français du groupe Assu s’exprimer sur l’affaire Bouthier, jusqu’à ce samedi. Delphine, ancienne franchisée du groupe d'assurances, a accepté de dénoncer ce qu'elle appelle "un véritable système".

Jacques Bouthier, 75 ans, a démissionné mardi de son poste de directeur général d'Assu 2000. Il a été placé en détention provisoire et mis en examen samedi après deux mois d'enquête préliminaire notamment pour "traite des êtres humains à l'égard de mineur", "viol sur mineur de plus de 15 ans", "recours à la prostitution d'un mineur" et "agression sexuelle sur mineur de moins de 15 ans". C’est une femme de 22 ans qui a donné l’alerte, elle était sa captive depuis cinq ans, elle se dit victime de viol.

Lors d’un évènement d’entreprise l’année dernière, elle a croisé la route de Jacques Bouthier qui s’est montré très insistant avec l’une de ses alternantes, âgée de 18 ans.

"Je suis venue avec toute mon équipe dont une jeune femme de 18 ans qui est en alternance dans mon entreprise. Il a commencé à dire à cette jeune fille qu’elle était très jolie, qu’elle lui plaisait que si elle voulait elle pouvait le rejoindre dans sa chambre.", explique-t-elle.

Un homme qui n'a "jamais" honte

Face à ce comportement, Delphine s'interpose mais Jacques Bouthier reste de marbre. "Je lui ai dit ”Vous ne voyez pas que cette jeune fille n’a que 18 ans et qu’elle pourrait être votre petite fille ?” Il m’a dit “bah quoi, vous pensez qu’elle n’a jamais vu le loup ?”"

"Du coup, il m’a carrément proposéde venir l’accompagner Là je lui ai dit “vous n’avez pas honte ?” Et là il m’a regardé d’un air très auto-suffisant en me disant “non jamais”."

D'après Delphine, cette scène se déroule en public devant une dizaines de personnes, "en toute impunité, sans aucun état d’âme", dit-elle. Après cet événement, Delphine donne l'alerte au sein de l'entreprise :

"J’ai exposé ce qui s’est passé à cette soirée là. On m’a répondu qu’il ne serait plus convié aux événéments internes parce que ce n’était pas la première fois que ça se produisait."

L'arrestation, un soulagement

L'arrestation de Jacques Bouthier est un soulagement pour elle et n’est pas surprise quant à l’existence d’un “système Bouthier”

"Je suis très contente qu’il ait été arrêté et qu’il soit en prison maintenant. Parce qu’à mon avis, on va commencer à entendre des témoignages comme le mien de la part de beaucoup de personnes. C’est un type qui est capable de tout, pour moi."

Delphine a quitté l’entreprise il y a 2 mois, mais elle a encore accès à ses mails professionnels. Et elle a pu voir que la consigne avait été passée pour les salariées de ne pas répondre aux journalistes.

A côté de ces témoignages au sein de son entreprise Assu 2000, il y a aussi tout un volet qui concerne, la vie privée de Jacques Bouthier. L'ex-PDG du groupe d'assurances est notamment soupçonné d’avoir voulu mettre sur pied une équipe pour enlever la jeune femme de 22 ans à l’origine de son arrestation, pour cela le septuagénaire aurait sollicité sa femme, ainsi que 2 personnes de son entourage professionnel et un ancien du GIGN.

Jean-Baptiste Bourgeon et Martin Cadoret avec MM