RMC

Emmanuel Macron au contact des Français pour gommer son image de président méprisant

Au lendemain du débat télévisé face à Marine Le Pen, Emmanuel Macron s'est rendu à Saint-Denis, dans une commune qui n'est pas acquise à sa cause, pour tenter de briser la distance avec la population.

Dernier jour de campagne pour Emmanuel Macron et Marine Le Pen ce vendredi. Le président sortant se rend à Figeac, en Occitanie. Il doit prendre la parole devant des habitants à 15 heures pour boucler sa campagne d'entre-deux tours. Jeudi, au lendemain du débat télévisé, le président-candidat s'est rendu à Saint-Denis, où Jean-Luc Mélenchon est arrivé nettement en tête au 1er tour, avec 61% des voix.

Un faux combat de boxe, beaucoup de selfies, des bains de foule improvisés. Tout est bon pour tenter de gommer cette image de président arrogant qui lui colle à la peau.

“Si je n’aimais pas les gens, croyez-vous que j’irais au contact chaque jour?”, indique-t-il à une femme lors d’un bain de foule.

Ici, à Saint-Denis, Emmanuel Macron n'a obtenu que 16% des voix au premier tour. Et ce n'est pas la proximité affichée qui va changer le regard de Laurence. “On a pu l'interpeller, mais là, il est en campagne. Il m’a pris la main, il m’a regardé dans les yeux avec des gestes d’homme politique. Pour moi, ce n’est pas du tout rassurant. On était quand même avec énormément de caméras autour de nous”, explique-t-elle.

L'abstention, un enjeu majeur

Malgré tout, sa voix ira au président sortant dimanche. Un vote de barrage à Marine Le Pen. Le même choix que Pierre, qui indique le faire à contre-cœur.

“Il a une attitude de mépris. Dire qu’on peut trouver du boulot en traversant la rue, c’est un scandale. Dire qu’on va emmerder les gens parce qu’ils ne veulent pas se vacciner, c’est un scandale. Il y a encore huit jours, je me disais encore que j’allais m'abstenir parce que je n’ai pas non plus envie de Marine Le Pen”, détaille-t-il.

Et l'abstention, c'est un autre enjeu clé à Saint-Denis. Plus d'un électeur sur trois n'a pas voté au premier tour.

Paul Barcelonne et Martin Bourdin avec Guillaume Descours