RMC

"Emmanuel Macron est souvent dans une position où il crée un ressentiment" selon Barbara Lefebvre

Chahuté en Algérie, insulté par un artiste au Touquet, Emmanuel Macron a vécu un samedi compliqué. Mais sur le plateau des "Grandes Gueules", ce lundi sur RMC et RMC Story, on estime que le président de la République le cherche un peu. Et semble aimer susciter de telles réactions.

Week-end animé pour Emmanuel Macron. En visite en Algérie samedi, le président de la République a été chahuté lors d'un bain de foule improvisé à Oran. Quelques heures plus tard, c'est dans son fief du Touquet que le chef de l'Etat a été insulté par un artiste. "Dégage Macron, fuck Macron", a lancé depuis la scène d'un festival de musique électronique sur la plage du Touquet, l'artiste franco-américain Marc Rebillet, cinq minutes avant que le président de la République ne fasse son apparition sur place.

Sur le plateau des "Grandes Gueules", ce lundi sur RMC et RMC Story, on se demande si finalement, ces chahutages et ces insultes ne sont pas la conséquence logique des actions du président. "Ce n'est pas bien d'insulter. Ce n'est pas très élégant de la part d'un artiste, ça ne m'intéresse pas. Mais est-ce qu'Emmanuel Macron ne cherche pas à chaque fois à se mettre dans des positions où il y a de la provocation ou de l'outrance?", s'interroge l'ex-enseignante Barbara Lefebvre.

"C'est aussi pour lui une façon de montrer qu'il génère quelque chose, y compris du sentiment négatif. Il est dans le monde d'aujourd'hui. Même du mauvais buzz, c'est du buzz", poursuit-elle.

"Cela fait des années que nos politiques ont un mépris de classe"

"Est-ce qu'Emmanuel Macron, lors de son quinquennat précédent, n'a pas parfois cherché les ennuis?", s'interroge Barbara Lefebvre, évoquant notamment le fameux "qu'ils viennent me chercher", prononcé par le président de la République en pleine affaire Benalla, et l'invitation à "traverser la rue pour trouver du travail".

"Cerise sur le gâteau, il fait une émission expliquant qu'il a changé et puis il dit 'je vais emmerder les non-vaccinés'. Il est souvent dans une position où il crée un ressentiment profond, éruptif et parfois impulsif. Emmanuel Macron se met toujours dans des situations où il va y avoir du clash, du buzz ou du conflit", ajoute l'ex-enseignante.

"Je pense aussi qu'il récolte ce qu'il a fait subir", juge le syndicaliste Bruno Poncet. "Cela fait des années que nos politiques ont un mépris de classe", ajoute le cheminot. "Un moment donné, cela nourrit une espèce de rancœur et les réseaux sociaux la nourrissent aussi", croit-il savoir.

Pour l'avocat Charles Consigny, le chahut observé à Oran est choquant, a contrario des insultes du Touquet. "J'ai été choqué de voir Emmanuel Macron se faire insulter en Algérie. Si des Français s'étaient mis à insulter le président algérien lors de sa visite en France, il y aurait eu des réactions assez vives", juge-t-il, évoquant une visite amicale du président de la République.

"En festival, j'estime que la liberté artistique doit primer. Que cet artiste déjanté insulte Macron sur scène, c'est le rôle de l'artiste", ajoute l'avocat.

G.D.