RMC

La primaire écologiste va mettre à mal les finances d'EELV

LE JOURNAL DU OFF - Tous les jours à 5h40, retrouvez les coulisses de la présidentielle et les infos du service politique de RMC.

Les écolos font le ménage parmi les inscrits à la primaire

122 670 inscrits au total. Un nombre légèrement réduit parce que plusieurs personnes ont été retiré des listes. Notamment des personnalités d'extrême droite comme Damien Rieu de Génération identitaire, qui appelait ses partisans à s'inscrire massivement à la primaire pour dérégler le scrutin. Le porte-parole du RN, Sébastien Chenu, c'était lui aussi vanté d'être inscrit pour voter Sandrine Rousseau. Lundi, un comité de pilotage avec les représentants des 5 candidats à la primaire a donc décidé de les retirer des listes.

Décision justifiée par le non respect de la charte de la primaire, c'est à dire qu'ils ne respectent pas les valeurs écolos. Avant ce filtrage au cas par cas, le prestataire qui organise l'élection, Neovote, avait déjà retirés plusieurs centaines de personnes. La raison: elles n'ont pas respecté les règles d'inscription unique : par exemple certains ont utilisé une seule carte bleue pour plusieurs inscriptions.

"Quelques dizaines de personnes sont peut-être passées entre les mailles du filet, mais c'est infime vu le nombre total de votants" explique une cadre du parti.

Reste à savoir ce que feront Damien Rieu et consorts. Le membre de Génération Identitaire affirmait il y a quelques jours être prêt à porter plainte s'il ne pouvait pas voter.

Cette primaire ne sera pas la meilleure affaire pour les finances des Verts

"On ne couvre pas tout à fait les frais d'organisations", confie une membre de l'état major d'EELV. "On est pas loin du compte, mais on va devoir compléter de notre poche". Pour rappel, l'inscription coûte 2€, et il y a 122.000 inscrits, je vous laisse faire le calcul. Ce qui coûte le plus cher et de loin c'est le fameux prestataire qui gère le vote, dont je vous parlais il y a quelques instants.

En tout cas on est loin du pactole récupéré par la campagne de François Fillon après la primaire de la droite en 2017, à l'époque Les Républicains avaient récolté 16 millions d'euros.

A droite, un semblant de rapprochement entre Xavier Bertrand et Valérie Pécresse

Les deux candidats pour représenter la droite à la présidentielle se sont retrouvés à la même table d'un café parisien lundi après-midi, après une réunion des présidents de région chez le Premier ministre. On les a déjà vus dîner ensemble il y a quelques jours à Nîmes, avec les cadres LR.

Cette fois-ci, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand étaient pratiquement côte à côte, séparés par la présidente de la Réunion Huguette Bello. Et quand on leur parle de cette proximité, les deux candidats répondent par l'humour : "Nous ne sommes pas séparés par n'importe qui", commence la présidente de la région Ile de France. "Entre Valérie Pécresse et moi, c'est la réunion" embraye Xavier Bertrand.

De quoi déclencher les rires autour de la table, mais en attendant aucune décision n'est prise pour départager les deux candidats. Les adhérents LR doivent décider le 25 septembre d'organiser ou pas une primaire.

Anne Hidalgo fait le point et prépare la suite

Séance débriefing lundi pour la candidate à la présidentielle. Anne Hidalgo a réuni une trentaine de personnes sur Zoom, pour faire le bilan de l'annonce de sa candidature, entre son déplacement à Rouen et ses interviews dans la foulée.

Etaient présents, sa garde rapprochée, et la fameuse équipe de France des maires. "Cette annonce était très réussie" affirme l'un de ses proches. Après cette séance d'auto-satisfaction, Anne Hidalgo prépare déjà son premier déplacement.

Ce sera mercredi, dans une librairie à Nancy, chez l'un des jeunes maires membres de son équipe, Matthieu Klein. Au programme, échanges avec des Nancéiens et dédicace de son nouveau livre, Une femme française, qui est justement publié mercredi.

Le service politique de RMC