RMC

"On ne veut pas d'une fausse promesse": dans la majorité, des doutes sur la retraite à 1.200 euros

Lors des annonces sur la réforme des retraites, une mesure sociale a été affichée par le gouvernement: la mise en place d'une pension minimale à 1.200 euros pour les carrières pleines. Sauf que pour pouvoir bénéficier de cette pension, les conditions sont nombreuses. Dans la majorité, certains plaident pour aller plus loin.

C'était censé être une mesure pour atténuer quelque peu le recul de l'âge de la retraite à 64 ans: la mise en place d'une pension minimale à 1.200 euros pour toute carrière pleine à hauteur du Smic. Mais la mesure sociale affichée par le gouvernement pourrait ne pas suffir pour convaincre les Français.

Certains alliés de l'exécutif en doutent et craignent que la mesure n'aille pas assez loin. L'inquiétude monte au Modem, chez les Républicains ou encore au sein de Renaissance.

"On ne veut pas d'une fausse promesse et que les gens viennent défiler devant nos permanences à la fin du quinquennat pour nous dire que le compte n'y est pas", explique un élu de la majorité.

Trop de conditions?

Il faut dire que la mesure est assortie de nombreux critères. Une carrière pleine, payée à hauteur du Smic pour au total 1.200 euros bruts, retraites complémentaires comprises. Alors pour éviter le risque d'une mesure décevante, des parlementaires appellent déjà à améliorer la copie du gouvernement.

Des amendements pourraient être déposés pour une pension minimale à 1.200 euros nets et hors complémentaire, pour plus de souplesse pour les artisans et commerçants qui ont travaillé toute leur vie mais parfois sous le Smic, ou encore pour les carrières à temps partiels. Des propositions qui à ce stade ne recueillent pas le soutien de l'exécutif.

Jérémy Trottin avec Guillaume Descours