RMC

Pourquoi Marine Le Pen annonce-t-elle sa candidature à la présidentielle aussi tôt ?

Bien avant tous ses concurrents, la présidente du Rassemblement national a annoncé sa candidature à l'élection présidentielle de 2022.

Bien avant ses concurrents, la présidente du Rassemblement national a annoncé sa candidature pour l’élection présidentielle de 2022 ce jeudi. Si l’annonce n’est pas une surprise, le calendrier peut amener à se questionner alors que les élections municipales doivent avoir lieu le 15 et 22 mars prochains. Alors pourquoi annoncer sa candidature si tôt, alors que le scrutin doit avoir lieu dans 30 mois ?

Pour au moins trois raisons estime l’éditorialiste politique Christophe Barbier ce vendredi sur RMC : "Elle a raison, elle n’était pas prête la dernière fois en 2017, on l’avait vu au débat de l’entre-deux tours. Là elle décide de partir tôt pour se préparer personnellement et 'programatiquement', et il faudra bien deux ans pour avoir un programme crédible et financier", assure-t-il dans les "Grandes Gueules".

"La seconde raison c’est que les municipales ne vont pas être facile pour le Rassemblement national qui a du mal à trouver des candidats dans les petites communes. Les régionales de 2021, cela va être dur de faire mieux qu’en 2015 et là aussi, elle fait l’impasse sur deux élections difficiles qui ne la concernent pas puisqu’elle est députée et elle vise directement la présidentielle pour qu’on ne puisse pas dire que ces élections intermédiaires vont nuire à sa candidature", estime Christophe Barbier.

Marquer le coup face à la concurrence interne ?

Enfin, l’éditorialiste voit à cette annonce prématurée une troisième raison "qu’elle cachera", pense-t-il. Selon lui, les difficultés financières du Rassemblement national, également confronté à une affaire judiciaire pourrait avoir dans un futur proche à rembourser sa dette: "Si le Rassemblement national est handicapé financièrement, Marine Le Pen pourrait dire 'Regardez je suis candidate à la présidentielle et l’on me cause des soucis'", prédit Christophe Barbier.

Une annonce prématurée qui pour David Marty pourrait être simplement une façon de marquer le coup par rapport à d’éventuels concurrents au sein même de son parti: "Elle marque au moins le coup par rapport à Marion Maréchal-Le Pen et Jordan Bardella pour montrer que c’est elle la patronne. Et cela officialise la campagne", fait-il valoir sur le plateau des Grandes Gueules.

En 2017, la présidente du Rassemblement national avait obtenu 33,9% des voix au second tour face à Emmanuel Macron après être arrive en seconde place au premier tour derrière le futur président de la République avec 21,3% des suffrages. En 2012, Marine Le Pen avait obtenu 17,9% des voix au premier tour derrière François Hollande et Nicolas Sarkozy.

Guillaume Dussourt