RMC

Présidentielle: la réponse de Philippe Ballard, porte-parole du RN, au tacle d’Eric Zemmour

Dans "Apolline Matin" ce lundi sur RMC et RMC Story, Philippe Ballard, porte-parole du RN, est revenu sur la défaite de Marine Le Pen au second tour de l’élection présidentielle et notamment le tacle d’Eric Zemmour.

"C’est la 8e fois que la défaite frappe le nom de Le Pen". Après le verdict du second tour de l’élection présidentielle 2022 ce dimanche soir, Eric Zemmour a rapidement réagi et pointé la nouvelle tentative manquée par la famille d’extrême droite, du père Jean-Marie Le Pen (1974, 1988, 1995, 2002, 2007) à la fille Marine Le Pen (2012, 2017, 2022). L’ancien polémiste, devenu candidat à la présidentielle l’hiver dernier, a lui-même échoué à passer le premier tour (4e avec 7%).

Dans "Apolline Matin" ce lundi sur RMC et RMC Story, Philippe Ballard, porte-parole du RN, a brièvement répondu à cette attaque d’Eric Zemmour contre la famille Le Pen. "Il y a des phrases qu’on ferait mieux de ne pas prononcer", a estimé l’ancien journaliste de LCI, avant de souligner le score réalisé par la candidate du RN. "Avec 42%, le Rassemblement national n’a jamais été aussi haut, a-t-il indiqué. Marine Le Pen gagne 2,5 millions de voix. Elle totalise 13,5 millions de voix. Il faut se souvenir que Jacques Chirac a été élu en 1995 avec 15,5 millions de voix."

"Une majorité RN pour éviter la casse sociale et la saignée fiscale"

Comme les autres partis, le RN va désormais se lancer dans la bataille des législatives. Avec de l’ambition. "Pour les législatives, la seule opposition, la vraie opposition, est incarnée par Marine Le Pen, assure Philippe Ballard. Elle repart au combat avec Jordan Bardella pour ces élections législatives, qui sont fondamentales. Il faut absolument qu’il y ait une majorité Rassemblement national pour éviter la casse sociale et la saignée fiscale qui s’annoncent." Selon le porte-parole du RN, ce second tour de la présidentielle acte un peu plus le nouveau rapport de force sur la scène politique.

"Cela instaure ce match entre les mondialistes, incarnés par Emmanuel Macron, et les nationaux, avec Marine Le Pen, explique-t-il. Il n’y a plus de droite, ni de gauche. Il faut sortir de ce schéma." Géographiquement et sociologiquement aussi, la différence est nette selon Philippe Ballard: "Il y a cette France qui va bien, cette France des villes, des métropoles. Et il y a la France des zones rurales, périphériques, qui souffre et qui vote Marine Le Pen".

LP