RMC

Présidentielle: LR ne donnera pas de consigne de vote pour le second tour

Le bureau politique des Républicains s'est réuni se lundi et a décidé qu'il ne donnerait pas de consigne de vote pour le second tour. En revanche, il ont appuyé sur le fait "qu'aucune voix ne peut se porter sur Marine Le Pen".

La déception et la crise chez Les Républicains, au lendemain du premier tour de la présidentielle. Le bureau politique du parti s’est réuni ce lundi. Il a notamment été question de décider à qui le parti apporterait son soutien lors du second tour. Et finalement, LR ne donnera pas de consigne de vote. Une volonté qui était portée notamment par Laurent Wauquiez, même s’ils estiment qu’aucune voix ne doit aller à l'extrême droite.

"Aucune voix ne peut se porter sur Marine Le Pen" dont "le projet politique et économique nous conduirait au chaos", a assuré le président de LR Christian Jacob. "Notre famille politique a toujours été et reste un adversaire déterminé" du Rassemblement national, a ajouté le président de LR devant la presse, assurant au lendemain du crash historique de Valérie Pécresse que "les Républicains ne sont fongibles ni dans le macronisme, ni dans le lepénisme".

La motion, votée à "une très large majorité" en bureau politique, avec 13 abstentions et une voix contre sur un total de quelque 130 participants, martèle que "les Républicains ne sont fongibles ni dans le macronisme, ni dans le lepénisme". "Il existe une autre voie, celle de la droite républicaine qui doit exister par elle-même", ajoute la motion, qui fixe l'objectif des législatives de juin.

Valérie Pécresse votera pour Emmanuel Macron

En 2017, après la défaite de François Fillon au premier tour de la présidentielle, LR avait opté finalement pour un compromis excluant l'abstention face au FN et appelant à "voter contre Marine Le Pen". Christian Jacob a assuré lundi que lui-même mettrait un bulletin Macron dans l'urne, ce qui "ne vaut ni caution, ni adhésion" mais "opposition au projet politique et économique de Marine Le Pen" qui "nous conduirait au chaos".

A l'issue des résultats dimanche soir, la candidate de la droite, Valérie Pécresse, qui n'a rassemblé que 4,78% des suffrages, avait pourtant très rapidement annoncé qu'elle voterait "en conscience" pour Emmanuel Macron lors du second tour.

"Je ne suis pas propriétaire des suffrages qui se sont portés sur mon nom. Mais je demande aux électrices et aux électeurs qui m'ont honorée de leur confiance de peser dans les jours qui viennent avec gravité les conséquences potentiellement désastreuses pour notre pays et pour les générations futures de tout choix différent du mien qu'ils envisageraient pour le second tour", a dit Valérie Pécresse.

Guillaume Descours Journaliste RMC