RMC

Présidentielle: que retiennent les Français de cette campagne?

La campagne présidentielle touche à sa fin. Une campagne qui aura été plus ou moins longue pour les candidats et où aucun n'aura pu débattre avec le président sortant, Emmanuel Macron.

J-2 avant le 1er tour de l'élection présidentielle. Dernier jour de campagne ce vendredi, avec le début de la période de réserve à minuit. Les candidats à l'Elysée ainsi que les médias auront interdiction de diffuser toute propagande électorale, sondage ou résultats relatifs à l'élection, afin de ne pas influencer le vote. Mais que retenir de cette campagne?

Sur l'impression générale, “il y a un peu une sensation de bâclé", indique Benjamin, au micro de RMC. Il en veut pour preuve le refus de confrontation du président candidat.

“Ce qui est le plus intéressant, c’est les débats et pas seulement de parler seul. Macron, qui était candidat, n’a pas débattu, ce qui est quand même assez dommage”, estime-t-il.

Et puis sur la forme, il y a aussi ce rendez-vous manqué qu'Eric garde en mémoire. “Il y a eu le crash de Pécresse à son meeting. Elle a du mal à s’exprimer cette femme, pourtant je pense qu’elle est très compétente”, juge-t-il.

Une campagne marquée par les discours sur l'immigration

Leïla retient, elle, surtout le fond, et l'omniprésence des discours durs sur l'immigration dans le programme de certains candidats.

“En tant que femme, noire, mulsulmane, ça m’a vraiment choqué parce qu'il y a des sujets sociaux, environnementaux qui sont beaucoup plus importants que de se focaliser sur l’immigration. Donc là, je vais surtout voter pour me protéger parce que je suis française et pourtant j’ai besoin de protection dans mon propre pays”, assure-t-elle.

Enfin, il y a ceux, fatigués, qui ne veulent plus en entendre parler, comme Philippe qui ressent "une lassitude". "Je serai content quand ce sera terminé et puis advienne que pourra, on aura le président qu’on aura et puis on fera avec", indique-t-il. Inquiets, amusés ou désabusés, tous savent déjà pour qui ils iront voter dimanche.

Alfred Aurenche avec Guillaume Descours