RMC

Réforme des retraites: la marche des organisations de la jeunesse va-t-elle réussir son pari?

Une marche des organisations de la jeunesse aura lieu ce samedi à Paris. Un événement soutenu par La France insoumise et qui sera forcément comparé avec la manifestation des syndicats de jeudi.

Après la grande mobilisation syndicale ce jeudi contre la réforme des retraites, place à la grande marche des organisations de jeunesse ce samedi à Paris. A la manœuvre, La France insoumise qui espère mobiliser autant. Mais pour l’instant, tous les voyants ne sont pas au vert. Comme les partis politiques ont l’habitude de le faire, des bus de militants sont affrétés pour rejoindre la capitale. Mais selon les informations de RMC, certains bus pourraient partir à moitié vide. Il restait jeudi soir par exemple une trentaine de sièges libres au départ de Poitiers, 32 au départ de Nice, 24 depuis Angers, 21 places à Auxerre. Il y a toujours bien sûr des places prises à la dernière minute, et beaucoup de manifestants viennent par leurs propres moyens, mais le décompte sera important.

D’autant que pour LFI, la comparaison avec la mobilisation syndicale jeudi est inévitable. Surtout que les syndicats, unis, ont tenu à donner le la, en lançant les hostilités avant la marche des jeunes orchestrée par LFI. Le pari est pour l’instant gagnant avec plus d’un million de personnes dans la rue. Mais pas de quoi décourager certains dirigeants insoumis. “Nous, on s’en fout d’ouvrir le bal, dit l’un d’eux. Notre objectif, c'était que la mobilisation commence le plus tôt possible."

Les syndicats en pole

Un autre veut même croire que “ça donne beaucoup de force pour la suite”. Mais tout le monde n’est pas aussi convaincu en interne. “Pas très habile” d’avoir maintenu la date du 21 janvier, lâche un ténor insoumis. Un autre est même pessimiste. “Ce n'est pas possible de mettre du monde dans la rue deux jours après la manif des syndicats”, appuie-t-il.

Les syndicats qui ont d’ores et déjà annoncé une nouvelle date de mobilisation, le 31 janvier. Alors faut-il désormais comprendre que les syndicats prennent “le lead” sur la mobilisation? C’est certainement leur intention. Au grand dam des Insoumis qui plaident désespérément pour un “Front populaire” indique un député LFI. Un front qui se soulèverait contre la réforme des retraites et qui unirait donc syndicats et partis de gauche. “La balle est dans le camp des syndicats”, indique un même élu.

Pour l’heure, hors de question officiellement pour les Insoumis de concurrencer ou de se comparer aux syndicats qu’ils soutiennent. Cette marche ce samedi, un élu LFI la voit comme “un affluent qui alimente les journées de mobilisation intersyndicale”. “Une façon, dit-il, d’entretenir la flamme” de la mobilisation, toujours dans l’espoir de faire reculer le gouvernement sur la réforme.

Hélène Terzian