RMC

Pourquoi l'Arménie se retrouve au centre de la campagne présidentielle

Nicolas Poincaré

Nicolas Poincaré - RMC

Eric Zemmour et Valérie Pécresse ont choisi de se déplacer en Arménie au début de leurs campagnes présidentielles. Des visites très symboliques.

Pourquoi l'Arménie s’invite-t-elle soudain dans la campagne présidentielle ? Deux candidats consacrent à ce petit pays leur première visite l’étranger. Éric Zemmour s’y trouve actuellement et Valérie Pécresse s’y rendra dans quelques jours. Que vont-ils chercher là- bas ?

Ils vont l’un et l'autre à la recherche d'une image. Apparaître comme les défenseurs d’un peuple chrétien minoritaire dans une région musulmane. Éric Zemmour l’a clairement dit en arrivant ce week-end en Arménie avec Philippe de Villiers. Il vient honorer “une vieille terre chrétienne”, qui selon lui se trouve aujourd’hui au cœur d’une “guerre de civilisation”.

En visitant un monastère orthodoxe ce dimanche, il a parlé du “grand affrontement” entre la chrétienté et l’Islam, et de ce pays, l’Arménie, “nation chrétienne perdue dans un océan Islamique”. Est-ce que ces visites peuvent peser électoralement ? Sans doute, sinon les candidats ne s’y rendraient pas

Ce sont en réalité deux électorats qui sont visés. Celui de la communauté arménienne en France qui représente environ 600.000 personnes dont 400.000 électeurs. Une communauté très présente à Marseille, à Lyon et à Valence, en région parisienne à Alfortville et Issy-les-Moulineaux. Une communauté qui a la particularité d'être à la fois très intégrée tout en restant dans le privé très attachée à ses racines, sa culture, sa langue et sa religion orthodoxe.

L’autre électorat visé, c’est celui des catholiques français. Et en particulier ceux qui sont sensibles à la question des chrétiens d’Orient, comme l’est par exemple François Fillon. C’est d’ailleurs le sénateur vendéen Bruno Retailleau, proche de François Fillon, qui organise le voyage que Valérie Pécresse fera avant Noël. Et c’est donc cet électorat catholique conservateur qu'Éric Zemmour et Valérie Pécresse vont se disputer à plus de 3.500 kilomètres de la France.

Une guerre qui a fait 6.000 morts en 2020

Pourquoi est-ce qu'Éric Zemmour parle d’une terre d'affrontement entre chrétiens et musulmans ? Parce qu’il y a effectivement une guerre ancienne entre l'Arménie et son voisin, l'Azerbaïdjan, pays à majorité musulmane. Pas une guerre de religion mais une guerre de territoire. Parce que Staline, lui-même originaire du Caucase, avait placé en Azerbaïdjan une enclave peuplée par des Arméniens: le Nagorny Karabakh. C'est une bombe à retardement qui explose régulièrement. Il y a un an, une courte guerre a fait plus de 6.000 morts. Les Arméniens ont perdu et ont dû renoncer à la plus grande partie des territoires qu'ils contrôlaient. Des territoires qu’ils avaient conquis au cours de la guerre précédente, dans les années 1990. 

Une partie de l'extrême droite française a fait de la défense du Karabakh le symbole de la défense de l’occident chrétien. Le leader du mouvement “Les Zouaves” est par exemple allé s’y battre l’année dernière et a tenté d'y créer une brigade de volontaires étrangers.

"Les Zouaves", c’est ce mouvement qui était présent au meeting d’Eric Zemmour à Villepinte et qui a participé à la bagarre contre les militants de SOS Racisme. Le ministre de l'intérieur Gérald Darmanin a annoncé dimanche le lancement d’une procédure de dissolution contre ce groupuscule d'ultra droite. Il ne s’agit pas de dire que la cause arménienne n’est défendue que par l'extrême droite. Mais elle est aussi défendue par ces courants-là.

L'Arménie est souvent présenté comme le berceau de la chrétienté. On pourrait même parler d’un des berceaux de l’humanité puisque selon la légende de la Bible, c’est en Arménie que s’est posée l’arche de Noé. Ce bateau, avec tous ces animaux qui avaient échappé au déluge punitif, aurait retrouvé la terre ferme au sommet du mont Ararat. Montagne symbole des Arméniens, plus haute que le Mont Blanc, qui se trouve aujourd’hui sur le territoire de la Turquie mais que l’on voit depuis la capitale arménienne, Erevan.

Plus tard, et cette fois ce n'est pas une légende, l'Arménie est devenue au début du 4e siècle le premier pays au monde à faire de la religion chrétienne sa religion officielle.

L’histoire des Arméniens est aussi marquée par le premier génocide du 20e siècle. Les massacres d’un million à un million et demi d’Arméniens par les Turcs pendant la Première guerre mondiale… Aujourd’hui, l'Arménie est un petit pays pauvre, indépendant depuis la chute de l’URSS il y a 30 ans. Enclavé et isolé, coincé entre des voisins hostiles, la Turquie, l'Azerbaïdjan et l’Iran. Un petit pays qui doit être assez surpris de voir débarquer coup sur coup deux candidats à la présidentielle françaises…

Nicolas Poincaré