RMC

Lozère: plusieurs communes sous la menace d'une pénurie d'eau potable

Il n'y a plus qu’une semaine d’eau potable pour un secteur de plusieurs centaines de kilomètres carrés, a alerté la préfecture de Lozère. Elle a renouvelé son appel à la population à respecter les restrictions pour éviter une pénurie.

Plus qu'une semaine d'eau potable en réserve à Causse Méjean, en Lozère. "La situation est plus tendue qu'à la fin de l'été", alerte la préfecture, qui appelle la population à demeurer vigilante sur sa consommation. Malgré les précipitations de ces dernières semaines, l’unique réservoir d’eau potable qui alimente plus d’un millier de personnes ne suffit plus à ravitailler les habitants et les animaux.

Une situation qui inquiète beaucoup Hélène Barret, mère de famille, femme d’agriculteur. “On se dit comment on va faire... On est en pleines vacances de Noël, on va inviter des gens”, indique-t-elle.

Car pour elle, depuis le début des restrictions il y a neuf mois, économiser l’eau est un souci de tous les jours. 

“On se douche moins longtemps, moins souvent, on ne prend pas de bain”, pointe-t-elle.

Des restrictions depuis neuf mois

Les professionnels sont aussi très inquiets. Marie-Hélène Aine, éleveuse de brebis, a décidé d’utiliser ses citernes pour abreuver ses bêtes mais elles seront bientôt vides. “C’est sûr que quand la citerne sera vide, ce sera vraiment compliqué. Donc on regarde la météo sans arrêt pour voir si ça va pleuvoir, si ça va re-remplir un peu”, assure-t-elle.

Une vigilance de tous les instants que Vincent Pratlong, le maire de Hures-la-Parade, tente de maintenir auprès de ses administrés dont certains ressentent une certaine lassitude après neuf mois de restrictions.

“Ce qui est lourd, c’est d’arriver à entretenir cette vigilance. Parce qu’on a quelquefois des phénomènes météo de précipitation et donc on a quelques habitants qui ont l’impression que ça y est, c’est bon, ça va aller mieux. Et en fait, hydriquement, les choses n’ont pas évolué favorablement et on est toujours dans ce régime de restriction très important”, assure-t-il.

Un ravitaillement en eau potable par camions pourrait être envisagé ces prochains jours.

Estelle Henry avec Guillaume Descours