RMC

Pattes cassées, cadavres par terre: L214 dévoile une nouvelle vidéo d'une salle de gavage de canes

L'association de défense des animaux L214 a dévoilé une nouvelle vidéo choc d'une salle de gavage de canes. On y voit des animaux estropiés, les pattes cassées, d'autres morts le bec encore plein de pâtée.

L214 récidive. L'association de défense des animaux a diffusé ce mercredi des images d’une salle de gavage de canes située à Lacapelle-Marival, dans le Lot, et qui produit pour le regroupement La Quercynoise. On peut y voir des canes gavées de force, d’autres à l’agonie, certaines présentant des pattes cassées et des cadavres dont le bec déborde parfois encore de pâtée jonchent le sol.

"Le sol grillagé sur lequel elles reposent provoque des plaies systématiques au niveau des pattes. Dans ces cages, les animaux ne peuvent même pas étendre pleinement leurs ailes. Les conditions sanitaires sont critiques: nombreux cadavres laissés au sol et dans la fosse à lisier, installation sale et mal entretenue, eau souillée, ventilateurs chargés de poussière...", déplore l'association dans un communiqué.

"Pas la réalité"

Après la publication de cette vidéo, plusieurs magasins comme Carrefour et Metro ont annoncé retirer de leur rayon le foie gras produit dans cette salle. L’association L214 va également porter plainte pour mauvais traitement envers des animaux commis par un professionnel.

Pierre-Olivier Prévot, le directeur général de la coopérative agricole de production et d'élevage du Lot, a affirmé à Actu Lot que ces images "ne reflètent pas la réalité" et qu’un cahier des charges était respecté ainsi que les réglementations sur le bien-être animal.

"L'éleveur chez qui cela a été tourné est un éleveur qui travaille dans des conditions satisfaisantes avec une salle de gavage aux normes et ventilée", assure ce jeudi, sur le plateau des "Grandes Gueules" l'agriculteur Didier Giraud, qui s'est entretenu avec le président de la chambre d'agriculture du Lot. "On se demande comment L214 se procure toujours des vidéos choc qui sont toujours montées et filmées par effraction", s'interroge l'éleveur de bovins.

"L214 ne veut plus qu'on mange du foie gras"

"Avec ces images-là, on peut faire dire tout et son contraire mais je pense qu'il va y avoir une plainte de l'éleveur parce que ces images n'ont pas été tournées là où L214 dit les avoir tournées", ajoute Didier Giraud.

"L214 ne veut plus qu'on mange du foie gras. Certes, gaver des canards et des canes, ça produit une certaine maltraitance mais il y a des normes. La doctrine de L214, c'est que la planète entière devienne vegan", assure l'agriculteur.

"Je ne suis pas végétarien mais je fais la différence entre tuer et faire souffrir", assure de son côté Mourad Boudjellal, qui reconnaît manger du foie gras. "L214 est utile dans le sens où cela peut faire peser une menace et pousser les producteurs à être plus vigilants", assure l'éditeur. "Les grands principes sont souvent partis de France et j'ai envie que les gens prennent la France comme exemple plutôt que l'on se cautionne en regardant ce qu'il se fait ailleurs", ajoute Mourad Boudjellal.

"C'est une débilité de penser qu'un éleveur veut faire souffrir ses animaux", assure Didier Giraud, lui-même éleveur de bovin, qui reconnaît cependant que des cadences infernales peuvent être appliquées au détriment de certains animaux.

G.D.