RMC

Arrosage: pour contourner l'interdiction, le drôle d'appel à la population du maire de Colmar

Sauver les fleurs de la commune. À Colmar (Haut-Rhin), le maire avait demandé une dérogation pour arroser les fleurs, alors que des restrictions ont été mises en place dans le département. La préfecture a refusé. Comme il l'explique sur RMC ce vendredi, il a donc appelé ses administrés à verser leurs eaux usées, non polluées, dans les jardinières de la Ville.

C'est la seule solution qu'il a trouvée. Éric Straumann, maire de Colmar (Haut-Rhin) a lancé un appel original à ses administrés... Il leur demande de verser leurs eaux usées, non polluées, dans les jardinières de la Ville. Eau de cuisson des pâtes, fin de carafes ou eau de nettoyage des légumes pour les restaurateurs, par exemple.

"Les restaurateurs, ce sont eux qui m'ont soufflé l'idée. J'invite donc tout le monde à verser toutes les eaux de récupération non-polluées. Ca fonctionne bien, il y a déjà des restaurateurs qui jouent le jeu et ne jettent plus dans les éviers", souligne-t-il sur RMC.

Une fleur d'or en 2021

Cela fait suite au refus de la préfecture d'octroyer à la commune une dérogation pour arroser ses fleurs. Labellisée "4 Fleurs" depuis 1986, Colmar a obtenu la "fleur d’or" l'année dernière et entend préserver sa beauté florale.

Éric Straumann ne comprend toujours pas pourquoi des restrictions en eau ont été prises, ici.

"On se trouve sur la plus grande nappe phréatique d’Europe, donc il n’y a strictement aucun problème d’approvisionnement. On a fait l’objet d’une classification administrative incompréhensible, d’ailleurs tout le monde le reconnaît y compris les associations environnementales", assure-t-il sur RMC ce vendredi matin.

"Je prends acte et j'applique la règlementation"

Il ajoute: "On a un réservoir de 35 milliards de m3, le jour où il y aura un problème dans la nappe d’Alsace, la France sera totalement à sec." Pour autant, le maire n'entend pas aller à l'encontre des règles. "Je prends acte et évidemment j’applique la réglementation qui nous est imposée de Paris", souffle-t-il.

De son côté, la préfecture appuie sa décision. "Dans le contexte actuel, l’évolution défavorable dans le département, qui connaît pour la première fois une situation de crise sécheresse, nécessite un effort de chacun pour économiser l'eau et contribuer à limiter les conséquences sur les cours d'eau mais aussi sur la nappe phréatique", a-t-elle indiqué dans un communiqué.

D'après le maire, ses appels ont été entendus. "Ça fonctionne bien, il y a des restaurateurs qui commencent à jouer le jeu, au lieu de descendre ces eaux dans les éviers, ils font quelques mètres, ils traversent la rue et ils vont verser dans les jardinières à côté", conclue-t-il.

La rédaction de RMC