RMC

Casaniers, atteints de "flemme"... Depuis la pandémie, 45% des Français n'ont plus envie de rien

Selon une très sérieuse étude de l'Ifop et de la fondation Jean Jaurès, depuis la pandémie de Covid-19, de nombreux Français n'ont plus envie de rien, ne faisant plus de sport, préférant rester à la maison et ayant perdu toute motivation au travail.

Le constat est implacable. Depuis la pandémie de Covid-19, les Français ont "la flemme". Selon une étude de l'Ifop et de la fondation Jean Jaurès sur l'impact de la crise sur les habitudes des Français, ceux-ci favorisent les plats préparés, les soirées sur le canapé au détriment du sport, du travail et des loisirs en extérieur.

Selon l'étude, 30% des sondés se disent moins motivés dans leur vie quotidienne pour faire le ménage, travailler, entretenir leur vie sociale ou faire du sport donc. C'est surtout vrai pour les habitants de la région parisienne qui sont 41% à partager ce constat ou encore pour les sympathisants de La France insoumise, qui sont 44% à être moins motivés contre 25% des électeurs d'Emmanuel Macron. Pire encore, 45% des Français se disent fréquemment atteint d’une envie de rien, qui va jusqu’à les dissuader de sortir de chez eux.

Problèmes physiques et mentaux

Une étude qui pourrait prêter à sourire mais qui a des conséquences bien réelles sur la santé physique et mentale: 41% des personnes interrogées assurent se sentir plus fatiguées après un effort physique qu'avant la crise du Covid-19. Et la plate-forme médicale de rendez-vous Doctolib a révélé que les recherches de consultation de psychologues ont augmenté de 102% entre 2020 et 2021. Quant aux plus jeunes, leur capacité pulmonaire a diminué d'un quart, s'essoufflant plus vite en raison notamment d'un manque de sport.

La flemme, c'est la maladie qui a contaminé Guillaume, un auditeur d'Estelle Midi: "Depuis le Covid-19, j'ai arrêté le sport, même les sorties j'ai arrêté, même au niveau du travail", raconte-t-il laconiquement sur RMC et RMC Story.

"Je suis dans la classe moyenne, célibataire, sans enfant, je paye tout, je n'ai aucune aide. Les sorties, je me suis habitué à ne plus en faire donc je n'ai plus la motivation. Je suis devenu casanier en trois ans", explique Guillaume.

"Pas d'initiative, pas d'emmerde"

"Au travail, j'avais de l'ambition, mais maintenant je me contente de ce que j'ai, je le fais perdurer mais j'ai moins d'ambition qu'avant", ajoute-t-il. Il l'assure, c'est le Covid-19 qui l'a stoppé dans son élan. Et l'actualité récente ne lui a pas permis de reprendre son envol: "Je reprenais du poil de la bête il n'y a pas longtemps mais avec tout ce qui nous tombe dessus, les taxes, l'inflation, à quoi bon en fait...", déplore Guillaume.

Dans le monde professionnel, Mohamed a trouvé un nom à ce concept, "la PIPE": "Pas d'initiative, pas d'emmerde", expose-t-il. "Cette apathie, cette baisse de motivation avec la guerre et l'inflation, on la ressent aujourd'hui. Avant, il y avait une belle dynamique mais là je constate une baisse de régime chez plusieurs collègues", raconte l'éducateur spécialisé.

Cette tendance à la flemme fait le bonheur des plateformes comme Deliveroo, Uber Eats ou Amazon. En 2021, 52% des Français assuraient avoir eu recours à de la livraison de repas à domicile.

G.D.