RMC

"Ils détruisent concrètement l'université": une plainte déposée après l'occupation de la Sorbonne

Le rectorat de Paris a déposé une plainte contre X après des dégradations survenues lors de l'occupation de la Sorbonne par des étudiants, à l'issue du premier tour de l'élection présidentielle.

Après 30 heures de blocage, les étudiants qui occupaient les bâtiments de La Sorbonne pour faire entendre leur voix dans l'entre-deux-tours de l'élection présidentielle, ont quitté l'université jeudi dernier un peu avant minuit, mais de nombreuses détériorations sont à déplorer et le rectorat a ainsi déposé une plainte contre X mercredi.

Les locaux sont couverts de tags, des portes sont cassées, et surtout, un institut de recherche a été saccagé. Dans les locaux de l'institut Pierre Renouvin, du matériel informatique a été dérobé ou vandalisé, des livres rares volés, des thèses jetées par la fenêtre, des documents difficilement récupérables, qui servaient de référence aux étudiants en masters et aux doctorants de l'institut.

Des centaines de milliers d'euros de dégâts

Les dégâts se chiffreraient en centaines de milliers d'euros. Les enseignants de cet institut, dont certains comprennent la frustration des étudiants, déplorent ces exactions dans un communiqué. "Ce sont les étudiants eux même qui vont en payer le prix", expliquent-t-ils. "Les vandales disent que Macron a essayé de détruire l'université, mais eux détruisent concrètement l'université", s'insurge l'un d'eux en privé.

Le recteur de l'Académie de Paris a déposé une plainte contre X vendredi dernier pour entre, autres destruction en réunion, afin d'établir les "responsabilités dans la survenance des dommages".

En attendant, La Sorbonne est toujours fermée, les cours ont lieu en distanciel jusqu'aux vacances qui démarrent à la fin de la semaine... Les partiels qui ont lieu à la reprise pourraient être décalés si la remise en état des lieux n'est pas encore terminée.

Martin Cadoret (avec Guillaume Dussourt)