RMC

La pauvreté s'aggrave: "On va partager une tranche en trois", la détresse d'une maman au RSA

C'est un rapport alarmant que publie le Secours catholique ce jeudi. Selon l'association, la pauvreté s'aggrave en France, avec des ménages qui ont de plus en plus de mal à subvenir à leurs besoins, notamment d'un point de vue alimentaire.

Le Secours catholique dévoile ce jeudi son rapport annuel sur l'état de la pauvreté en France, avec des conclusions qui sont alarmantes, particulièrement sur l'alimentation. 48% des ménages rencontrés par le Secours catholique se retrouvent dans l’incapacité de couvrir leur dépense alimentaire quotidienne. Autre élément inquiétant, le reste à vivre des ménages, c'est à dire le budget qu'il reste quand tous les frais incompressibles ont été payés (loyers, factures, transports, dettes....), est en baisse. La moitié des ménages étudiés disposent d’un reste à vivre de moins de 5€ par jour et par personne. 

Sonya, maman bénéficiaire du RSA, élève seule ses deux enfants sans toucher de pensions alimentaires. Quand elle a payé son loyer et ses factures, il lui reste chaque semaine dix euros pour pouvoir manger avec ses enfants. "Et puis, il faut surtout se dire qu’il ne faut pas qu’il m’arrive un couac. Je prends d’abord pour mes enfants, je n’enlève pas de la bouche de mes enfants, mais moi je vais me priver”, assure-t-elle. Chaque centime compte.

“Je calcule tout, je compare tous les produits. Je suis capable de vous dire à un centime près quel produit c’est, à quel prix on le trouve et dans quel magasin”, indique-t-elle.

Et maintenant, avec l'inflation, ses courses coûtent encore plus cher. “C’est impressionnant. Quatre tranches de blanc de dinde, de 1,19 euro, c’est passé à 1,79 euro! Vous imaginez? J’en arrive à me dire que maintenant, au lieu de manger notre tranche chacun, on va partager une tranche en trois”, déplore Sonya.

"Un approfondissement de la pauvreté"

Pour Jean Merckaert, directeur de l'action et du plaidoyer du Secours catholique Caritas France, ces personnes doivent pouvoir vivre dignement.

“C’est une bombe sociale qui nous tend les bras. En fait, nous, ce qu’on observe, c’est un approfondissement de la pauvreté. On accueille des personnes qui sont dans une impasse permanente”, pointe-t-il.

Augmenter le RSA moyen à 750 euros et investir dans l'encadrement des loyers. Le Secours catholique demande au gouvernement des mesures concrètes, pour éradiquer la grande pauvreté. 

Cassandre Braud avec Guillaume Descours