RMC

"On est fatigués": ce patron veut faire grève et menace de ne plus payer les cotisations sociales

Éric Haddad, PDG du groupe Connectt, spécialisé dans l’intérim, veut faire grève. Invité d'"Apolline Matin" sur RMC et RMC Story ce lundi, il a estimé qu'on en demandait trop aux chefs d'entreprise et qu'ils ne pouvaient plus suivre, faisant une distinction entre les PME et les groupes du Cac 40. Il estime, lui, travailler entre 18 et 20h par jour.

Les patrons peuvent-ils aussi faire grève? Éric Haddad, PDG du groupe Connectt, spécialisé dans l’intérim, estime que oui. "Nous aussi, on va faire grève et on va demander à toutes les entreprises de France de ne plus rien payer", a-t-il indiqué dans "Apolline Matin" sur RMC et RMC Story, ce lundi.

Le Covid est à peine terminé que l'inflation vient mettre les entreprises en difficulté. "On est fatigués, on a une lassitude car on doit tout gérer. Ma colère est simple: on est toujours en train de zoomer sur les problèmes des salariés, mais on ne s’occupe jamais des patrons", déplore-t-il.

"Le week-end, on pense au lundi"

D'après lui, on en demande trop aux sociétés alors que les petites et moyennes entreprises (PME) sont essentielles. "Ce qui me gêne en France aujourd’hui, c’est qu’on stigmatise systématiquement les chefs d'entreprise, alors qu'on n'est pas des patrons du Cac 40."

Il affirme que, lui, travaille entre 18 et 20h par jour. "Même le week-end, on pense déjà au lundi, aux charges sociales, aux salaires, à toutes les caisses qu’on doit payer. On va devoir rembourser aussi les prêts garantis par l'État."

Le problème, c'est qu'avec l'inflation, un effort supplémentaire est demandé aux chefs d'entreprise, notamment pour augmenter les salaires. "Si on peut, on le fera. Dans une PME, on vit avec nos collaborateurs, on est une équipe, ça n’est pas une confrontation comme on est en train de le vivre dans certains groupes", explique-t-il.

Des entreprises incapables d'augmenter les salaires

Pour autant, il rappelle que certaines entreprises ne peuvent tout simplement pas. "Il y a l'inflation, avec l’énergie qui est en train de flamber, en face on nous demande d’augmenter les salaires. Sauf qu’on est aujourd’hui le pays qui paye le plus de charges sociales en Europe après la Suède. Si vous donnez 2.000 euros à votre salarié, il vous coûte 4.000 euros", se désole Éric Haddad.

Le chef d'entreprise est épuisé et pour ces raisons, il souhaite faire grève: "Il faut arrêter de nous obliger à faire ce que l'on ne peut pas faire", conclut-il.

AB