RMC

"Olivier Véran a des talents de bonimenteur, on est très inquiet" tacle le Dr François Salachas

Dans "Apolline Matin" ce mardi sur RMC et RMC Story, le neurologue François Salachas, membre du Collectif inter-hôpitaux, s’est montré très prudent après la nomination d’un médecin urgentiste, François Braun, comme ministre de la Santé. Et a taclé l’un de ses prédécesseurs dans ce rôle, le nouveau porte-parole du gouvernement Olivier Véran.

Un urgentiste au gouvernement. François Braun a été nommé ministre de la Santé et de la Prévention ce lundi, lors du remaniement. Il remplace Brigitte Bourguignon, désignée en mai mais battue aux législatives. Neurologue à la Pitié-Salpêtrière, à Paris, et membre du Collectif inter-hôpitaux, François Salachas reste très prudent. D’autres médecins, comme Agnès Buzyn et Olivier Véran, ont occupé ce poste ces dernières années. Et la situation de l’hôpital ne s’est pas arrangée.

"On n’en est plus au stade de faire confiance, explique le Dr François Salachas dans ‘Apolline Matin’ ce mardi sur RMC et RMC Story. Le Collectif inter-hôpitaux a tellement d’expérience dans le domaine des relations avec les gouvernants que ce n’est plus une question de faire confiance. On a déjà plusieurs médecins (comme ministres). Le fait d’être médecin n’est pas une garantie."

"Que sait-on de lui ? Que c’est un conseiller d’Emmanuel Macron depuis quelques années, souligne le neurologue de la Pitié-Salpêtrière. Il a fait cette mission flash pour les urgences et le problème est vu par le petit bout de la lorgnette, comment passer l’été, mais rien n’est dit sur le problème principal des urgences. Ce n’est pas le nombre de patients qui arrivent aux urgences, mais ce qu’on fait pour les 20% de patients qui sont sur des brancards ne restent pas sur des brancards. Le facteur limitant, c’est le personnel dans les services de l’hôpital public. Pour l’instant, rien n’a été fait pour faire revenir ceux qui sont partis. Il y a des soignants, mais on les a dégoûtés de faire leur métier, dans des conditions compatibles avec leurs valeurs."

"Le Ségur a été survendu par Olivier Véran"

A la manœuvre au plus fort de la crise du Covid, Olivier Véran a quitté la Santé pour les Relations avec le Parlement après l’élection présidentielle. Mais un mois et demi plus tard, nouveau changement de rôle. Le député de l’Isère est désormais porte-parole du gouvernement. Et le Dr François Salachas n’est pas rassuré…

"J’écoute notre président de la République, explique-t-il. Il a fait un discours extrêmement clair, qui nous a rendu pleins d’espoir. Le problème, c’est que les actes ne suivent pas derrière. Le Ségur a été survendu par le ministre de l’époque, Olivier Véran, qui est maintenant porte-parole. Il a quand même des talents de bonimenteur qui sont tels qu’on est très inquiet sur la communication du gouvernement."
LP