RMC

Cannabis au volant: "quand je suis fatigué, je fume un petit joint et je reprends la route"

-

- - Alejandro Pagni - AFP

Alors que 13% des conducteurs impliqués dans des accidents mortels en 2015 ont été contrôlés positifs aux stupéfiants, principalement au cannabis, la Sécurité routière lance ce vendredi une nouvelle campagne sur les dangers de la drogue au volant. Abdelhafid, qui fume trois à quatre joints par jour depuis une vingtaine d'années, témoigne pour RMC.fr.

"Paradoxalement quand je fume du cannabis ça me réveille, ça me retire la fatigue et je reste plus concentré. Même quand je fais des longs trajets, j'ai beau être crevé, je m'arrête, je fume un petit joint, et après je peux reprendre la route et rouler pendant trois heures. Même chez moi, quand j'ai des trucs à faire, je fume un petit joint et ça me motive. Je prends le risque, je le sais. Je ne suis pas le seul. Tous les fumeurs que je connais prennent le volant, et j'en connais pleins.

L'alcool au volant c'est plus dangereux: on se sent tout puissant, on ne craint rien, alors qu'avec le cannabis on fait plus attention, on est plus concentré, on veut à tout prix éviter les accidents. Quand j'ai fumé, je respecte tout, je ne grille pas les stops, ni les feux rouges, je regarde bien les angles morts… Alors qu'avec l'alcool on s'en fout un peu.

"Avec l'alcool, on s'en fout du code de la route"

Quand il y a des accidents avec des stupéfiants, il doit y avoir de l'alcool en plus. C'est associé. L'arrivée de nouveaux tests salivaires, oui, ça m'inquiète. S'il le faut, j'arrêterai de fumer, je serai obligé plutôt que de perdre mon permis. Mais il faut que les tests soient fiables à 2 - 3 heures près, qu'on ne se fasse pas prendre parce qu'on a fumé un joint la veille".

Propos recueillis par Philippe Gril