RMC

Carburant: les craintes de nombreux Français pour les vacances de la Toussaint

À une semaine des vacances de la Toussaint, les difficultés d'approvisionnement des stations-service se poursuivent. Même quand tous les blocages seront levés, il faudra presque 10 jours avant un retour à la normale. Alors comment faire pour partir en vacances? Certains Français commencent à se poser des questions.

Même si la situation devrait s'améliorer dans les stations-service avec la levée de la grève dans certaines raffineries, et les réquisitions de personnel dans d'autres, le retour à la normale n'arrivera pas directement. Alors que les vacances approchent, de nombreux Français se posent des questions.

"Je suis un peu inquiète, mais je me dis que quoiqu'il arrive, je trouverai une solution", explique Laureen, mère de famille qui doit traverser la France.

Elle a déménagé dans l'Ain il y a plusieurs années, mais sa fille et sa belle-fille sont restées avec leur père, près de Tours. Pour les vacances, elle doit aller les chercher. D'autant plus qu'elles ne se sont pas vues depuis août dernier. "Quand on veut voir ses enfants, il faut faire ce qu'il faut", dit-elle.

Prête à être dans l'illégalité

Les deux filles sont trop jeunes pour prendre le bus et le train est hors de prix. Par conséquent, elle sera obligée de prendre la voiture pour faire les 1.000 kilomètres aller-retour.

"S'il faut que je rentre dans l'illégalité et que je prenne deux jerricans à l'arrière de ma voiture, je le ferai", affirme Laureen.

D’autres espèrent que les négociations aboutiront avant les vacances. En attendant, il faut s'adapter. "J'essaye de ne pas trop consommer d'essence et modérer l'allure", dit un badaud.

"Nous on a une possibilité d'arriver dans le sud quand on veut, en fonction des possibilités, on choisira de partir avec ce qui est possible", note une passante.

+25% de réservations Flixbus

Depuis le début de la crise des carburants, l’entreprise Flixbus a vu ses réservations augmenter de près de 25% pour les vacances, comme nous l'explique Charles Billiard, porte-parole. "On est généralement sur un taux de remplissage de 70 à 75% des bus, il devrait être pendant les vacances de la Toussaint de 85%", révèle Charles Billiard, porte-parole.

Du côté des réservations de logement, les "Gîtes de France" reçoivent de nombreux appels de clients inquiets de ne pas pouvoir se rendre dans leur logement de vacances. Une procédure est en cours de réflexion en cas d’annulations.

Vincent Chevalier