RMC

"Ras-le-bol!": des usagers SNCF se mettent "en grève" en refusant de montrer leur billet

Ils sont environ 4.000 usagers à emprunter chaque jour la ligne TGV Tours-Paris. Mais ces derniers, qui payent un abonnement de 500 à 600 euros par mois, sont exaspérés par les grèves et l'absence de compensation qu'ils subissent. À l'appel d'une association d'usagers, ils ont décidé de ne pas présenter leur abonnement pendant le mois de janvier.

Les usagers de la SNCF de la ligne TGV Tours-Paris se mettent en grève. Ils refusent de présenter leur abonnement durant le mois de janvier. Ces voyageurs paient un abonnement entre 500 et 600 euros par mois, et contrairement aux usagers occasionnels, ils n'ont pas été indemnisés pour les jours de grève de la SNCF en décembre.

Face à la grève des contrôleurs lors du week-end de Noël, la SNCF a décidé de rembourser à hauteur de 200% du prix de leur billet les clients lésés, mais pour eux, rien. Ils regrettent de ne bénéficier d'aucun geste commercial. Ils seraient environ 4.000 à emprunter cette ligne.

"C'est un ras-le-bol global des usagers. Il y a de gros dysfonctionnements notamment en termes de retard, de capacité limité des trains. Et puis pour couronner le tout, nous avons cette problématique de grève durant tout le mois de décembre. On demande une indemnisation de 150 euros. Les grèves des usagers vont durer un mois à peu près. C'est une grève symbolique. Vu le niveau d'indemnisation raisonnable que nous demandons, nous devrions obtenir satisfaction", explique sur RMC ce mardi matin David Charretier de l'association des usagers de la ligne Tours-Paris.

Soutenus par des députés

Leur mouvement est accompagné par des députés et sénateurs d'Indre-et-Loire, qui ont envoyé à la SNCF un courrier pour alerter sur le mécontentement des usagers. Daniel Labaronne, député renaissance de la 2e circonscription, soutient les voyageurs dans leur démarche.

“Les usagers veulent bien payer, mais pour un service qui est réel. Hors là, manifestement le service est très dégradé donc il faut apporter une réponse à ces usagers d’un transport en commun pour lequel ils ont le sentiment de payer cher, mais avec un service qui se dégrade. SNCF transport doit trouver des solutions pour répondre à ce mécontentement qui est réel et de mon point de vue assez justifié”, appuie-t-il.

L'association espère créer un collectif national avec les autres usagers d'autres lignes, plus fréquentées, pour se faire entendre.

Guillaume Descours