RMC

Sécurité routière: "10% des accidents sont dus au téléphone au volant"

Alors que le nombre de morts sur les routes a augmenté en février, la sécurité routière lance sa nouvelle campagne choc contre le téléphone au volant.

La sécurité routière lance ce mardi sa nouvelle campagne contre le téléphone au volant. Une campagne choc comme l’organisme a l’habitude d’en faire depuis plusieurs années. Sur les images, on peut notamment voir une voiture, une moto et le corps du motard par terre avec le slogan: "Vous direz à ses enfants que vous deviez vraiment répondre à ce sms". 

Cette campagne a été lancée parce que le nombre de morts sur les routes à cause du téléphone au volant est en augmentation. "On estime que ça représente 10% des accidents, ça veut dire que c’est des milliers de victimes chaque année", explique Christophe Ramond, directeur des études de l’association prévention routière. 

Il estime que le téléphone au volant provoque une perte d’attention.

"Ça provoque une distraction auditive et visuelle. L’attention est partagée. Il y a un conflit entre la conduite, la manière dont on se déplace et la conversation", précise-t-il. 

Il pointe également la loi sur le droit à la déconnexion. Selon lui, il faudrait que celui-ci s'applique aussi au cadre des trajets en voiture, c’est-à-dire qu’on ne soit pas obligé, dans le cadre professionnel, de répondre à nos appels à tous moments et notamment au volant. 

Le téléphone multiplie par 23 le risque d'accident

Selon les chiffres de l’association, lire un SMS nécessite de quitter la route des yeux pendant 5 secondes. A 50km/h, cela représente 70 mètres. Cela multiplie par 23 le risque d’accident. 

Cependant, l’utilisation du téléphone sur la route ne concerne pas que les automobilistes. En effet, selon les études, les motards, cyclistes, et même les piétons utilisent leur téléphone portable sur la chaussée. 

Cette campagne est lancée alors que les chiffres de la mortalité routière en France en février 2019 étaient très mauvais. Le dernier communiqué de la sécurité routière paru le 28 mars fait état de 253 personnes mortes en février en France métropolitaine, soit 17% de plus qu’en février 2018. 

Guillaume Descours