RMC

"Action populaire": comment fonctionne le réseau social "maison" de La France insoumise?

-

- - -

OBJECTIF ELYSÉE 2022 - Les Insoumis ont créé leur propre réseau social en vue de la campagne présidentielle à venir.

Ajouter un ami Insoumis sur un réseau social, c’est désormais possible. La France Insoumise a lancé lundi "Action populaire", une application qui vient s’ajouter à tous les outils numériques déjà utilisés par le parti de Jean-Luc Mélenchon.

Ce réseau social, dédié aux militants, doit faciliter l’organisation de la campagne pour la présidentielle de 2022. Tractage, meetings, porte-à-porte, collage d’affiches… Chaque membre du réseau social pourra créer un événement ou annoncer sa participation.

Être membre "d’Action populaire" implique de soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon

Déjà, près de 30.000 personnes sont inscrites sur le réseau. Ce sont les militants déjà enregistrés dans les fichiers du parti. Pour s’inscrire, c’est assez simple : un nom, un prénom, un email, une photo et le tour est joué. Mais être membre "d’Action populaire" implique de soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon.

Militants d’autres formations s’abstenir : "Il y a un système de modération et de signalement pour s’assurer qu’il n’y ait pas des gens qui viendraient sur l’application pour mener une action opposée à la nôtre", explique Jill-Maud Royer, qui dirige la création du réseau.

Jill-Maud Royer enchaîne: "L’application a été développée en interne, avec des outils libres, et des données hébergées sur des serveurs en France", détaille la responsable des outils numériques de LFI.

Un moyen de s’affranchir des réseaux sociaux classiques, comme Twitter, Facebook, Instagram…

"Action populaire" présente aussi un intérêt pour l’organisation du mouvement: l’application permet de scruter l’activité des militants dans toute la France, et de savoir si davantage d’événements ont lieu à Marseille ou à Quimper. "L’application remplace les fédérations et comités qu'ont les autres partis", confirme Jill-Maud Royer.

C’est enfin un moyen de s’affranchir des réseaux sociaux classiques, comme Twitter, Facebook, Instagram…"On les utilisera autant que possible, mais on a des raisons de s’inquiéter concernant les GAFAM", affirme Jill-Maud Royer, qui cite la fermeture des comptes Twitter et Facebook de Donald Trump, ou encore la coupure des réseaux Whatsapp du parti Podemos en Espagne.

De quoi maintenir la communication, en tout cas entre Insoumis, si les grands groupes américains font défaut. LFI n’en est pas à son coup d’essai concernant le numérique. La chaîne Youtube de Jean-Luc Mélenchon, est la plus suivie parmi celles des personnalités politiques, loin devant Emmanuel Macron.

Jean-Luc Mélenchon a aussi été le premier responsable politique à lancer sa chaîne Twitch en juin 2020. Chaîne qu’il utilise pour des sessions de questions-réponses, mais aussi des meetings numériques depuis quelques semaines.

A LIRE AUSSI >>> Covid-19: les hologrammes et la réalité augmentée pour remplacer les meetings des candidats à la présidentielle

Romain Cluzel (avec J.A.)