RMC

"Les musulmans sont les juifs des années 30": Marine Le Pen dénonce des propos "ignobles" d'Anne Hidalgo

La candidate du Rassemblement national est revenue dans les "Grandes Gueules", ce lundi sur RMC, sur les propos de la maire de Paris et candidate à la présidentielle Anne Hidalgo lors d'un meeting à Perpignan.

Lors d’un meeting, la candidate à la présidentielle Anne Hidalgo (PS) a prononcé une phrase qui n’est pas passée inaperçue. Selon elle, les musulmans, aujourd’hui, vivent la même situation que les Juifs dans les années 1930.

>> A LIRE AUSSI - Marine Le Pen réclame de la "transparence" à Emmanuel Macron et dénonce "l’enfumage" du gouvernement

Marine Le Pen: "C'est indigne"

Une position qui choque la candidate du Rassemblement national, Marine Le Pen. 

“Objectivement, ce propos est ignoble. Comparer la situation aujourd’hui des musulmans en France qui ont absolument tous les droits, une liberté totale protégée par la constitution, avec ce que les juifs ont pu vivre, c’est indigne de la part de madame Hidalgo”, a-t-elle affirmé ce lundi dans les Grandes Gueules.

Marine Le Pen: "Je n'ai aucun extrémisme"

Interrogée par Barbara Lefebvre sur l’absence d’images et de traitement lorsqu’elle rend hommage aux juifs lors de certains de ses déplacements comme à Varsovie récemment, Marine Le Pen juge que ces gestes ne correspondent pas à l’image qu’on souhaite renvoyer d’elle.

“Je pense que ces gestes ne correspondent pas à la caricature qu’on veut maintenir de moi. La vérité de mon positionnement sur ces sujets est une vérité qui dérange. C’est tellement plus facile de me ranger dans la case des extrémistes pour ne pas avoir à débattre du fond avec moi. La vérité, c’est que je n’ai aucun extrémisme, et concernant nos compatriotes de confession juive, je crois que j’ai été la première à interpeller l’opinion publique sur leur situation, interpeller sur le fait qu’ils sont en train d’être exclus, chassés de certains quartiers tenus par les islamistes. C’était il y a 15 ans. À l’époque, on n'en parlait pas beaucoup et moi, j’en parlais déjà. Je disais qu’il y avait certains quartiers islamistes dans lesquels il ne faisait pas bon vivre si on est juif, si on est une femmes…”, appuie-t-elle. 
Guillaume Descours