RMC

La Sarthe veut revenir aux 90 km/h: "A 6 mois des élections départementales, c'est démagogique"

Le conseil départemental de la Sarthe est attaqué par des associations de sécurité routière pour sa volonté de revenir à 90 km\/h sur 900 km de routes.

Instauré le 1er juillet 2018, l'abaissement de la limitation de vitesse à 80km/h, mesure décriée dans certains territoires ruraux, a été assouplie en juin 2019 par les députés, en offrant la possibilité aux départements de relever la vitesse maximale à 90 km/h. Mais la Sarthe va plus loin et compte augmenter la vitesse maximale à 90 km/h sur 900 km des routes du département.

Conseiller départemental de la Sarthe en charge des infrastructures, Frédéric Bea défend cette décision: "D'un seul coup est tombée de là-haut une décision arbitraire sur le 80 km/h pour tout le monde. Il y a des routes où les 90 km/h sont souhaitables, elles ont été construites pour ça. Sur nos 4.300 km des routes départementales on ne revient aux 90 que pour 900 km."

"Ils laissent entendre que les limitations de vitesse n'ont aucune importance"

Mais les associations de sécurité routière sont abasourdies. La Ligue contre la violence routière de la Sarthe (LCVR72) a déposé un recours devant la justice administrative pour contester cette décision du président du conseil départemental.

"Par cette décision et sa médiatisation, le président du conseil départemental de la Sarthe a envoyé un message laissant entendre que les limitations de vitesse n'avaient aucune importance et les automobilistes peu scrupuleux ont compris ce message comme un encouragement à rouler de plus en plus vite et à faire n'importe quoi sur la route. Résultat: cinq morts sur les routes sarthoises entre le 3 juillet et le 3 août 2020", écrit l'association.

Les avis tranchés de Laurent Neumann et Emmanuel Lechypre

Laurent Neumann: "Je ne vais pas y aller par quatre chemins: je trouve que c'est démagogique et irresponsable. Tout le monde sait qu'une majorité de Français sont défavorables aux 80 km/h. Prendre cette décision à six mois des élections départementales, c'est électoraliste. Il y a une baisse de la mortalité et une baisse du nombre de blessés. La vitesse n'est pas la seule cause d'accidents sur la route, c'est indiscutable. Mais chacun sait que la vitesse renforce la gravité des accidents."

Emmanuel Lechypre: "Ca m'énerve que l'alpha et l'oméga de la sécurité routière ne soit que la vitesse. Je suis un amoureux des statistiques, mais celles de la sécurité routière, ce sont les seules que je conteste. Ca ne veut rien dire. Quand on compare deux mois de deux années différentes: la météo était-elle la même ? Le même nombre de jours travaillés ? Est-ce que l'essence valait la même chose ? Car on sait que plus l'essence est chère moins il y a de trafic. Trouvez-moi des statistiques en rapport avec le nombre de kilomètres parcourus et là on pourra commencer à discuter. (...)"

J.A. avec AFP