RMC

Patron sans avoir le bac, je préfère quelqu’un qui ne sort pas d’une grande école mais qui a la niaque

Quel avenir pour le bac, dont les dernières épreuves se sont déroulées jeudi? Le ministre de l'éducation Nationale veut le "remuscler", alors qu'un syndicat des chefs d'établissements juge qu'il "ne sert à rien" sous sa forme actuelle. Un avis que partage Nicolas, auditeur de Radio Brunet. Ce chef d’entreprise n’a pas eu besoin du bac pour réussir.

"Le bac actuel ne sert à rien" a affirmé jeudi le premier syndicat des chefs d'établissement (SNPDEN), qui estime qu'il "ne joue plus son rôle". En effet, si le taux de réussite approche des 90%, seuls 40% des étudiants parviennent à boucler leur licence. Des chiffres qui ne plaident pas en faveur d’un examen dont Nicolas, auditeur de Radio Brunet, s’est aisément passé pour devenir chef d’entreprise. 

"L’école ne me convenait pas, tout comme le système dans son ensemble. Finalement, je suis très content de ne pas avoir eu le bac. J’ai quitté dès la troisième, et ça ne m’a pas empêché de m’y mettre, de bosser. J’ai sept enfants et j’ai l’impression qu’ils doivent avoir leur bac pour réussir leur vie et qu’ils entrent à la fac. Mais aujourd’hui le bac ça ne sert à rien".

Quand il embauche, Nicolas ne choisit pas en fonction de l’école ou de la formation du candidat. Avec son parcours, il préfère la motivation à la formation. "Je travaille sur le web et je fais attention à qui j’embauche. Aujourd’hui, les gamins de 23-24 ans qui sortent d’une belle école de commerce, ont des prétentions salariales complètement dingues. Ils n’y connaissent rien, mais on leur fait croire qu’ils ont un super niveau. Je préfère prendre quelqu’un qui ne sort pas d’une grande école, mais qui a la niaque, qui a envie de s’investir. Sur les 700.000 élèves qui vont avoir leur bac cette année, combien vont avoir le métier de leur rêve? 10% à peine".

Radio Brunet avec A.B.