RMC

Hausse de la dette de 600 milliards d’euros sous Emmanuel Macron: la part exacte du Covid

C'est un chiffre clé du débat d'entre-deux-tours: 600 milliards d'euros. Le montant de la dette française a augmenté depuis le début du quinquennat Macron. Quelle est la part de la crise du Covid dans cette augmentation? L'éclairage d'Emmanuel Lechypre.

Entre la fin 2017 et la fin 2021, la dette publique a augmenté de 560 milliards d’euros, soit 600 milliards à la fin du quinquennat. Sur ce montant, 165 milliards correspondent aux aides versées pour lutter contre la crise sanitaire (mesures d’urgence de relance, chômage partiel, allègements de charges, fonds de solidarité,…). Une somme à peu près identique (155 milliards d'euros) correspond aux pertes de recettes fiscales (cotisations sociales, TVA…).

Les 280 milliards restant, c’est l’héritage de la situation budgétaire laissée par ses prédécesseurs: 70 milliards par an sur quatre ans, les baisses d’impôts plus les dépenses nouvelles mais perennes (salaires des soignants par exemple).

Le problème de la dette post-Covid

Une dette qui grimpe de 98 à 112% du PIB, est ce que c’est un problème? Non le problème, ce n’est pas la dette Covid, c’est la dette post-Covid, qui produit des besoins considérables en dépenses publiques et de l’esprit "quoi qu’il en coûte" qui va rester quelques temps. Il faudra en effet consacrer davantage de moyens à la lutte contre la pauvreté, à l’éducation, à l’hôpital, à la dépendance, à la transition énergétique, à la santé, la sécurité, la justice, ou la santé.

D’ailleurs, il n’y a pas dans le programme d’Emmanuel Macron de réduction massive des déficits publics. On part déjà d’un solde structurel qui s’est dégradé de 2,5 points entre 2019 et 2022, sous l’effet combiné des baisses d’impôts mises en œuvre (taxe d'habitation,...) et des nouvelles dépenses pérennes, et ce quelle que soit la conjoncture. Et on ne prévoit de revenir sous la barre des 3% qu’en 2027.

>>> Les chroniques d'Emmanuel Lechypre à retrouver en podcast sur le site et l'appli RMC

Une crise financière possible?

Est-ce que la France pourrait alors connaître une crise financière? Le chiffre qui fait peur, c'est qu'une augmentation pérenne de 100 points de base des taux à 10 ans français se traduit par une augmentation de la charge de la dette de 150 milliards d’euros en cumulé d’ici 2030.

Mais il n'y a pas péril en la demeure: les taux bas vont rester bas. Environ 50% de la dette française est détenue par des étrangers. Ces investisseurs ont généralement un horizon de placement long. Ils ne réaffectent pas très souvent leurs portefeuilles et sont très sensibles aux notations toujours bonnes.

Emmanuel Lechypre (édité par MM)