RMC

"On a la corde au cou": les boulangers vont devoir augmenter le prix de la baguette de 3 à 5%

Achètera-t-on bientôt sa baguette jusqu'à 1,40 euro? Face à la hausse des prix de l'énergie et l'absence de bouclier tarifaire pour la profession, la Confédération de la boulangerie a conseillé d’augmenter les prix du pain, entre 3 et 5%.

Les boulangers font encore face à une augmentation des prix des matières premières et de l'énergie. Et ce n’est pas sans conséquence sur le prix du produit phare: la baguette. La Confédération de la boulangerie conseille d'augmenter ses prix de 3 à 5% pour résister.

À Paris, la majorité des boulangeries ont déjà augmenté les prix, et ça devrait être une nouvelle fois le cas dès début 2023. Au Grenier à pain, chez Jessica, la baguette tradition est à 1,30 euro alors qu’elle était à 1,25 euro au mois de septembre, et à 1,20 en août.

En 2023, il va sûrement falloir augmenter à nouveau avec une baguette qui pourrait passer à 1,40 euro. Même la boulangère n’en revient pas et elle se met à la place des clients.

“Moi personnellement, je n’en achèterais plus. Mais là, on n’a pas le choix, on a la corde au cou”, appuie-t-elle.

Le prix des matières premières double, la facture d’électricité explose. Natacha, boulangère, a tenu coûte que coûte pour garder sa première baguette à 95 centimes, mais cette fois-ci, c’est trop. “Je pensais peut-être la mettre à 1 euro ou à 1,50 euro. J’ai peur que les clients aillent ailleurs à cause de l’augmentation. Les supermarchés, eux, vendent à bas prix la baguette”, indique-t-elle.

Un bouclier tarifaire pour les artisans?

Pour Frédéric Roy, le cofondateur du collectif pour sauver les métiers de la boulangerie, il faut rapidement instaurer un bouclier tarifaire pour les artisans.

“Il faut qu’on puisse limiter toutes les augmentations quelles qu'elles soient. Tant qu’on n'aura pas le bouclier tarifaire pour l’ensemble des artisans, on n'arrêtera pas le mouvement parce qu’on ne va pas prendre le risque de perdre nos entreprises”, assure-t-il.

Selon la Confédération nationale de la boulangerie, 80% d’entre elles ne bénéficient pas du bouclier tarifaire. Olivier Véran, en visite dans une boulangerie mercredi, a tenté de les rassurer, en assurant le soutien financier du gouvernement.

Pierre Bourgès avec Guillaume Descours