RMC

Procès des sondages de l'Elysée: appelé à la barre pour témoigner, Nicolas Sarkozy pourrait garder le silence

-

- - -

Appelés à témoigner dans le procès des sondages de l'Elysée lorsqu'il était président, Nicolas Sarkozy pourrait ne pas s'exprimer, se réfugiant derrière son immunité présidentielle de l'époque.

Nicolas Sarkozy doit être entendu ce mardi comme témoin dans le cadre du procès de ses anciens collaborateurs dans l'affaire des sondages de l'Elysée, lorsqu'il était président de la République. Un témoignage que les juges estiment "nécessaire à la manifestation de la vérité" et qui les avait poussés à demander sa comparution forcée, à la surprise générale, une demande rarissime dans le droit français.

Nicolas Sarkozy devrait s'avancer à la barre mais il a tout à fait le droit de garder le silence s'il ne souhaite pas s'exprimer. L’ancien président de la République n'est pas poursuivi dans le dossier des sondages de l'Elysée.

Des centaines de sondages pour 7 millions d'euros 

Il peut donc tout à fait botter en touche, ne pas répondre à certaines questions et se retrancher derrière son immunité. Nicolas Sarkozy peut même refuser de prêter serment mais s'il va jusque-là, il encourt une amende et le tribunal ne pourra pas aller plus loin.

"Son témoignage est indispensable", assurait pourtant il y a deux semaines l'avocat de l'association Anticor, partie civile dans le dossier. Indispensable pour comprendre pourquoi l'Elysée a commandé des centaines de sondages entre 2007 et 2012 et dépensé 7 millions d'euros pour des études d'opinion. Les juges soupçonnent cinq anciens proches de l'ex-président de favoritisme et de détournement de fonds publics.

>> A LIRE AUSSI - Jusqu'à 500 euros pour 600.000 jeunes: à quoi doit ressembler le contrat d'engagement qu'Emmanuel Macron va présenter ce mardi

Juliette Droz (avec Guillaume Dussourt)