RMC

Corse, Guerre en Ukraine... ce qu'il faut retenir de l'interview de Nathalie Arthaud

Nathalie Arthaud, la candidate Lutte ouvrière à l'élection présidentielle, est revenue ce mardi matin sur plusieurs sujets d'actualité dans "Questions de confiance" sur RMC et RMC Story. Elle a déploré "l'acharnement" contre la famille d'Yvan Colonna et plaidé pour le Smic à 2.000 euros net.

Créditée de 0,5% des intentions de vote d'après une enquête électorale du Cevipof et de la Fondation Jean Jaurès pour Le Monde, Nathalie Arthaud, la candidate de Lutte ouvrière à la présidentielle pour la troisième fois, était l'invitée d'Apolline de Malherbe dans "Questions de confiance" ce mardi sur RMC et BFMTV.

À cette occasion, elle a plaidé pour un Smic à 2.000 euros et l'expropriation des entreprises qui profiteraient de la guerre en Ukraine.

Exproprier les "profiteurs de guerre"

Nathalie Arthaud a appelé à des expropriations notamment concernant des entreprises françaises qui profiteraient de la guerre en Ukraine: "Toutes les guerres sont ainsi. C'est l'occasion pour les spéculateurs de faire flamber les prix et provoquer les pénuries. Beaucoup en profitent. Ces guerres sont faites avec la peau des petites gens, les pauvres et les travailleurs. Certains en tirent les marrons du feu. On devrait les mettre hors de situation de nuire avec des expropriations", a-t-elle lancé.

"Beaucoup de secteurs devraient fonctionner en étant collectif et en servant d'abord la population. C'est vrai pour l'alimentaire, l'énergie et la santé où les grandes multinationales ne fonctionnent pas au service de la population. Les profits passent avant la vie humaine et c'est vrai pour tout", a ajouté Nathalie Arthaud.

De 300 à 500 euros de hausse des salaires

Alors que le gouvernement a promis dès le 1er avril 18 centimes de ristourne sur le prix des carburants qui explose, Nathalie Arthaud a jugé ce coup de pouce "dérisoire": "C'est dérisoire face aux problèmes qu'ont beaucoup qui se demandent comment ils vont faire le plein pour aller au boulot".

"Le véritable pouvoir dans cette société capitaliste passe par l’argent et les capitaux. Je me bats contre l'ensemble de ce système et de ces lois. Quand j'entends qu'on va avoir une ristourne sur l'essence, qu'il y a deux mois on avait une prime sur l'inflation, mais où va-t-on? On nous parle désormais de chèque alimentaire, et bien ça suffit"

"Les travailleurs qui ont bossé toute leur vie ne demandent pas la charité, ils veulent vivre dignement de leur salaire. Ça suffit les primes, les chèques, les ristournes. Il faut une augmentation de salaires"

Pour elle, "il faut avant tout une véritable augmentation des salaires et des pensions de retraite. Et pas des miettes. Il faut 300, 400, 500 euros de salaire et les indexer sur les prix".

"Tant qu'on ne peut pas empêcher les spéculateurs de faire augmenter les prix, il faut que les salariés et les retraités sauvegardent leur salaire", ajoute Nathalie Arthaud, excluant tout blocage de prix.

"Bloquer les prix, ça veut dire contrôler la société. Je suis pour que les travailleurs contrôlent la société, mais cela nécessitera des luttes puissantes et une réorganisation de la société", juge Nathalie Arthaud.

"On ne respecte pas les sentiments que peuvent éprouver les Corses"

Alors que la Corse enterrait l'indépendantiste Yvan Colonna, reconnu coupable du meurtre du préfet Erignac en 1998, des CRS auraient été filmés en train de chanter la Marseillaise au même moment. Un affront pour de nombreux Corses, qui a entraîné de nouveaux heurts entre militants et forces de l'ordre.

"On ne respecte pas les sentiments que peuvent éprouver les Corses, y compris ce sentiment national que pouvait incarner Yvan Colonna. Il y a eu cet assassinat en prison qui a fait suite à un acharnement, ce qui était une façon de punir sa famille entière", a-t-elle assuré à propos du militant nationaliste mort après une violente agression en prison et à qui les demandes d'incarcération sur l'île avaient toujours été refusées. Pour Nathalie Arthaud, les tensions sont créées par un État et un gouvernement "qui méprise la Corse".

"La Corse, c'est un département qui est pauvre. Quand on est pauvre, sans boulot, mal payé, l’autonomie administrative ne suffit pas pour gagner sa vie. Il faut autre chose. Je suis convaincue que la Corse, c'est le combat de tous les travailleurs", estime-t-elle.

Guerre en Ukraine

Tandis que le conflit russo-ukrainien semble s'enliser un mois après l'invasion russe de l'Ukraine, Nathalie Arthaud a dénoncé l'attitude de Vladimir Poutine avant de nuancer sa responsabilité: "C’est Vladimir Poutine qui est parti pour cette guerre monstrueuse avec toutes ces destructions et ses morts, mais il n’était pas tout seul. Il y a une rivalité et une guerre d’influence dans cette région là avec l’Otan et derrière les Etats-Unis et les puissances occidentales qui cherchent à pousser leurs pions dans cette région".

"On refait toujours l'histoire en expliquant qu'il y a un grand méchant. Ce n’est pas la première guerre, on en a toujours eu. Avant elles étaient loin, en Afrique, au Proche-Orient, elles se rapprochent et c’est le fruit du capitalisme et de ces rivalités économiques".

Ehpad et "secret des affaires"

Nathalie Arthaud a assuré qu'elle voulait également exproprier les Ehpad privés: "Vouloir faire encore des profits sur les vieux jours des anciens, je trouve ça révoltant. Et le rapport d'enquête ministériel sur les Ehpad ne sera pas publié au nom du secret des affaires. C'est dingue, je trouve ça incroyable".

"On a des grands actionnaires qui ont placé leurs capitaux, qu'ils veulent faire fructifier en affamant les anciens et ils détournent de l'argent public. Le rapport est diligenté par les ministères publics et il n'est pas diffusé? Mais où est-on?", s'interroge-t-elle.

Conséquence, elle veut supprimer le "secret des affaires". "C'est fondamental. Je suis pour la transparence complète, l'abolition du secret des affaires", plaide-t-elle. "Et ce sera utile pour le travailleur de savoir combien d'argent il y a dans la société, quand il se battra pour une augmentation".

Guillaume Dussourt