RMC

Jean-Luc Mélenchon au second tour: trois raisons pour lesquelles les Insoumis y croient

À vingt-cinq jours du premier tour de l’élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon reste le candidat de gauche le mieux placé dans les sondages. Le leader de La France Insoumise à plusieurs raisons de croire au second tour.

A vingt-cinq jours du premier tour de l’élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon a dévoilé mardi une nouvelle affiche de campagne. Le slogan choisi, "Un autre monde est possible". Le candidat LFI demeure le candidat de gauche le mieux placé dans les sondages, tandis que le principal intéressé dit vouloir croire au second tour.

Un proche de Jean-Luc Mélenchon le glisse à RMC : "Aller au second tour, ce n’est pas juste de l’esthétique, c’est du concret". Face aux Grandes Gueules il y a quelques jours, le candidat se disait en effet confiant.

Pour y arriver, La France Insoumise compte sur trois ingrédients. D’abord, la mobilisation des abstentionnistes. Ensuite, la division de l’extrême-droite, tiraillée entre le Rassemblement National, Reconquête et dans une moindre mesure, Debout La France. Qui dit division dit forcément abaisser le seuil de qualification, une aubaine pour LFI. Enfin, il y aura également ce pari sur le "vote utile", renommé par certains "vote vital". Comme le résume un parlementaire LFI: "Ça répond à la musique du "tout est foutu, y a personne à gauche. Si ! Ça vaut le coup d’aller voter, il y a quelque chose à jouer."

Le barrage socialiste

Coté PS, on veut doucher tout espoir des Insoumis. "Il n’a aucune chance d’accéder au second tour. Il peut à peine compter sur les 2% d’Hidalgo. Mine de rien, sans les cocos, il perd quelque pourcents utiles", analyse un baron socialiste.

Les "cocos" justement, emmenés par Fabien Roussel, minimisent la dynamique Mélenchon. Visés, ils nient : "Il faut se calmer. Il était à 10. Il est à 12. Le vote utile, c’est celui qui permet de gagner, pas de faire son dernier Olympia!", tempère un proche du candidat PCF. Pendant ce temps, chez les écolos, à la simple idée de voter Insoumis pour voter utile, on préfère tout simplement se boucher les oreilles.

Personne n’y croit à gauche ni le duo pour le moment donné qualifié au second tour

On pourrait penser ainsi que personne n’y croit. Pourtant dans le même temps, chez les Macronistes ainsi que les Lepenistes, on reconnait l’expérience de Jean-Luc Mélenchon. "Il a le bagage culturel, il sait faire campagne. Il a ça en lui quoi, la flamme " reconnaît un ministre. Un stratège du RN abonde, et dit le trouver "excellent", "il a des raisons d'y croire".

Pas trop quand même. Mélenchon au second tour, "ce n’est pas un scénario qu’on redoute", dit un ministre. Quant au proche de Marine Le Pen, il estime qu'"avec la menace Mélenchon, l’électorat Zemmour reviendra à la maison". "Un Zemmouriste ne voudra pas risquer d’avoir un indigéniste, wokiste, au second tour".

Par Hélène Terzian (avec T.K.)