RMC
Exclusivité

Quartiers populaires: la lettre ouverte du maire de Clichy-sous-Bois qui appelle à voter Macron

Le maire de Clichy-sous-Bois, Olivier Klein, appelle dans une lettre ouverte aux électeurs des quartiers populaires, publiée en exclusivité par RMC, à former un front républicain contre Marine Le Pen au second tour de l'élection présidentielle.

Ukraine, sécurité, pouvoir d’achat, nucléaire… Les sujets de cette campagne présidentielle, qui se termine par le second tour entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen dimanche, ont été nombreux.

Cependant, s’il y a bien un sujet qui semble avoir été mis de côté ou oublié par les candidats, c’est la question des quartiers populaires. Ni Emmanuel Macron, ni Marine Le Pen ne se sont rendus dans un de ces quartiers ou en banlieue durant cet entre-deux-tours pour le moment.

Ce mardi matin, nous publions en exclusivité sur RMC la lettre ouverte d’Olivier Klein, maire de Clichy-sous-Bois, officiellement soutien d’Emmanuel Macron.

Marine Le Pen, la "politique du pire"

Dans celle-ci, il appelle clairement à former un front républicain face à Marine Le Pen. “Le Rassemblement National n’a de rassembleur que le nom. Leur projet n’est de justice sociale que d’apparence. Marine Le Pen mènera la politique du pire pour les habitants des quartiers populaires. Ne prenez pas ce risque”, écrit-il.

“Le front républicain est un choix politique et de société, aussi. C’est le choix du progrès sur la peur, C’est le choix de l’ouverture sur le repli sur soi, C’est le choix de la justice sociale sur les discriminations, C’est le choix de l’émancipation sur l’assignation à résidence, C’est le choix des transitions sur l’inaction, C’est le choix, de la fraternité sur la division, C’est le choix, enfin, de la mobilisation sur l’abstention. Ce choix-là, c’est le choix d’Emmanuel Macron”, poursuit-il.
La lettre ouverte d'Olivier Klein aux électeurs
La lettre ouverte d'Olivier Klein aux électeurs © RMC

Invité dans la matinale d'Apolline de Malherbe, Olivier Klein a de nouveau appuyé son message, estimant notamment que Marine Le Pen, "c'est la politique du pire".

"Les habitants des quartiers populaires ont voté au premier tour souvent pour Jean-Luc Mélenchon et je leur dis qu’il faut retourner voter. C’est important qu’ils soient allés voter, qu’ils aient montré leur engagement. Trop souvent, ils sont montrés du doigt pour l’abstention et donc je me réjouis qu’ils soient allés voter. Mais en même temps, je leur dis 'ne laissez pas d’autres décider à votre place'. Une victoire de Marine Le Pen serait une catastrophe pour ce pays et pour les quartiers populaires. Les mots de Marine Le Pen envers les quartiers sont insupportables. Nous ne sommes pas en guerre contre ces quartiers, contre près de 6 millions d’habitants. Au contraire, ces quartiers font pleinement partie de notre pays et ils sont l’avenir de ce pays eux-aussi", assure-t-il.

Une abstention record dans les banlieues?

Dans sa ville, c'est Jean-Luc Mélenchon qui est arrivé en tête au premier tour avec 60.5% des voix, devant Emmanuel Macron (16.5%). Un écart qui en dit long. Alors pour le maire, il va falloir annalyser ce vote pour comprendre ce qu'attendent les habitants.

"Ma ville est traditionnellement de gauche et je m’en réjouis. Maintenant il va falloir écouter pourquoi ce vote a été aussi important. Il va falloir dans le prochain quinquennat, si le président Macron gagne, aller plus loin dans la protection des habitants de ces quartiers populaires, aller plus loin dans les luttes contre les discriminations, aller plus loin dans l’accès aux logements", estime-t-il.

Avec le sentiment d’avoir été les grands oubliés de la campagne présidentielle, les banlieues et quartiers populaires risquent de voir l’abstention atteindre des records.

La lettre ouverte d’Olivier Klein

Marine le Pen méprise et sèmera la division dans les quartiers populaires, par Olivier KLEIN, Maire de Clichy-sous-Bois

Le Rassemblement National n’a de rassembleur que le nom. Leur projet n’est de justice sociale que d’apparence.

Marine Le Pen mènera la politique du pire pour les habitants des quartiers populaires.

Ne prenez pas ce risque. En ces temps où la tentative de repli sur soi est forte, je suis convaincu que le chemin à emprunter est ailleurs. Qu’il est dans la protection des plus fragiles, dans le soutien à celles et ceux qui font la diversité de la France et dans la libération des talents qui se trouvent dans les quartiers populaires.

Le front républicain n’est pas une posture dogmatique, il n’est pas un drapeau agité lorsque le péril est imminent.

Le front républicain est le cœur même de mon engagement politique, de la lutte contre les discriminations, au quotidien, en tant que maire. De la possibilité d’offrir, à chaque jeune, les conditions d’un avenir dont il pourra être fier quel que soit son prénom, quelle que soit son origine.

Le front républicain est un choix politique et de société, aussi.

C’est le choix du progrès sur la peur,

C’est le choix de l’ouverture sur le repli sur soi,

C’est le choix de la justice sociale sur les discriminations,

C’est le choix de l’émancipation sur l’assignation à résidence,

C’est le choix des transitions sur l’inaction,

C’est le choix, de la fraternité sur la division,

C’est le choix, enfin, de la mobilisation sur l’abstention.

Ce choix-là, c’est le choix d’Emmanuel Macron. C’est la seule et la meilleure voie possible pour les habitants des quartiers populaires. Bien sûr, nos attentes sont fortes en matière d’éducation, de formation et d’emploi de nos jeunes, d’accès aux soins et de sécurité. L’action d’Emmanuel Macron ces cinq dernières années a permis des progrès, son projet les poursuivra !

La solidarité à la source pour lutter contre le non-recours, le grand chantier pour l’école avec la priorité donnée aux enseignements fondamentaux et la découverte des métiers dès le collège, la poursuite de la lutte contre les déserts médicaux avec une meilleure articulation entre la médecine de ville et l’hôpital, la revalorisation de la prime de pouvoir d’achat, l’indexation des retraites sur l’inflation ; voici des mesures qui ont des conséquences directes sur le quotidien des habitants des quartiers populaires. Nous entendons les inquiétudes sur le pouvoir d’achat et l’augmentation des prix. Sur les difficultés pour vous nourrir, vous déplacer et boucler vos fins de mois, aussi.

L’argent magique n’existe pas. La suppression de la TVA sur les produits de première nécessité est un leurre. Ne vous y fiez pas !

Pour faire face à l’augmentation exponentielle des dépenses, Marine Le Pen rognerait sur les projets de grande ampleur. Cela signerait l’immobilisme des quartiers, la fin de la rénovation urbaine et la suspension de la construction d’infrastructures comme les écoles. Ne vous y fiez pas !

Marine Le Pen porte un projet dangereux pour notre cohésion nationale en stigmatisant une partie de la population. Ne vous y fiez pas !

Parce qu’il ne doit y avoir aucune fatalité. Les quartiers populaires ne sont pas un problème ; ils sont une solution. L’énergie de notre jeunesse est une richesse pour notre République, diverse, plurielle et fière de cette pluralité. Il faut investir plus pour lui permettre de réussir.

Parce qu’il ne doit y avoir aucune honte. Les habitants des quartiers populaires ne réclament pas l’aumône. Ils attendent des pouvoirs publics et de l’État, les conditions de la réussite individuelle et de l’égalité républicaine dans un souci de reconnaissance et de dignité.

Parce qu’il ne doit y avoir, enfin, aucune indifférence. Les quartiers populaires méritent des ambitions fortes.

Nous ne croyons pas au saupoudrage qui ne résolvent pas les difficultés de long terme mais enferment ses habitants dans des stéréotypes. Nos quartiers sont ceux où la promotion sociale est la plus forte, il faut l’amplifier.

Emmanuel Macron a déjà pris, pendant ces cinq années, et continuera de prendre toute sa part dans ces combats, contre la stigmatisation, la méfiance et la division des Français. Il est le seul à porter une vision pour notre jeunesse, pour l’avenir de nos enfants et de nos petits-enfants et pour les quartiers populaires. Je m’en fais également le porte-voix. Nos quartiers en 2030, c’est vivre, ensemble.

Ne cédez pas. Ne cédons pas à l’extrême droite nuisible qui divise et qui détruit tout.

Votre mobilisation à voter Emmanuel Macron le 24 avril, m’engage et nous engage ensemble, pour l’avenir des quartiers populaires.

Guillaume Descours Journaliste RMC