RMC

Marine Le Pen est beaucoup plus animaliste, antispéciste: le Mouvement de la Ruralité pointe une faute politique

Dans "Apolline Matin" ce mercredi sur RMC et RMC Story, le président du Mouvement de la Ruralité, Eddie Puyjalon, a critiqué l’absence de Marine Le Pen à son grand oral des candidats à la présidentielle.

Les absents ont toujours tort. Le Mouvement de la Ruralité, ex-Chasse, pêche, nature et traditions, a invité tous les candidats à la présidentielle, "de gauche comme de droite", pour un "grand oral" ce mardi. Éric Zemmour, Valérie Pécresse, Nicolas Dupont-Aignan, Gaspard Kœnig et Jean Lassalle ont répondu présent, mais de nombreux autres ont décliné. Et notamment Marine Le Pen. Pour le président du Mouvement de la Ruralité, Eddie Puyjalon, la candidate du Rassemblement national a fait "une faute politique" en ne venant pas.

"Marine Le Pen a mis beaucoup de temps à répondre, a-t-il expliqué ce mercredi dans ‘Apolline Matin’ sur RMC et RMC Story. Le dernier jour, on a voulu me proposer Louis Aliot. Nous avons fait le choix d’avoir les candidats en chair et en os. Nous aimons bien regarder leur profondeur d’âme pour parler de la ruralité. On note quand même que la plupart sont des Parisiens. Ce n’est pas un problème. Mais c’est pour au moins comprendre comment ils abordent ce sujet-là. Donc on a refusé les émissaires."

"Je pense que Marine Le Pen a probablement des points qui la dérangent aujourd’hui, a ajouté le président du Mouvement de la Ruralité. Elle est devenue beaucoup plus animaliste, antispéciste, que proche du monde de la chasse, comme elle l’était avant. Il y a une posture, probablement. C’est dommage, parce que la plupart de ses concurrents à droite étaient présents. Je pense que c’est une faute politique."

>> Tous les podcasts d'"Apolline Matin" sur RMC

"On parle de la fibre mais il n’y a même pas le téléphone qui passe dans certains endroits !"

Les candidats qui ont participé à ce grand oral pour la ruralité ont pu exposer leurs idées et se positionner sur les mesures mises en avant par le Mouvement. Pour Eddie Puyjalon, il y a deux priorités: "D’abord le grand ministère de la Ruralité. Je ne veux pas mélanger l’agriculture, l’environnement, la chasse, la pêche, les forets… Il faut un grand ministère de la Ruralité, avec des secrétariats d’Etat, pour expliquer aux Français ce qu’est la ruralité. Et l’autre sujet, c’est d’arrêter l’éolien terrestre et offshore. Il y a des éleveurs qui perdent des vaches. Il y a un gros problème environnemental, économique. Je voulais que tous les candidats se positionnent là-dessus". 

Et plus largement, c’est la connaissance du monde rural, de la vie des campagnes, qui doit être encouragée. "La ville, parfois, ne connait pas notre manière de fonctionner, souligne Eddie Puyjalon. Après le Covid, je note que beaucoup de gens veulent venir à la campagne et ils ne savent pas qu’on n’a pas de services publics, pas d’écoles parfois, que le seul transport c’est la voiture, qu’il y a les déserts médicaux, qu’on n’a pas de téléphonie… On parle de la fibre mais il n’y a même pas le téléphone qui passe dans certains endroits ! Remettre ça dans l’esprit des candidats pour qu’ils nous fassent des propositions financées, c’est important."

LP