RMC

Meurtre de Lola: la députée Nadia Hai dénonce la récupération politique, "c'est indécent et indigne"

Deux hommages à Lola sont organisés, ce jeudi, par l'extrême droite. Le meurtre de cette jeune fille de 12 ans, à Paris, il y a une semaine, a pris une tournure politique. La principale suspecte, âgée de 24 ans, est une ressortissante algérienne, sous le coup d'une obligation de quitter le territoire français. Invitée sur RMC ce jeudi, la députée Renaissance Nadia Hai s'est indigné face à cette "indécence" et "indignité" de la part de certains responsables politiques.

Le meurtre de la jeune Lola à Paris, vendredi dernier, a pris une tournure politique. Après ce drame, la droite et l'extrême droite remettent en cause la politique migratoire du gouvernement. La raison? La suspecte principale est une ressortissante algérienne, arrivée en France légalement, mais sous le coup d'une obligation de quitter le territoire français depuis le mois d'août.

L'extrême droite organise même deux hommages, ce jeudi. Nadia Hai, députée Renaissance des Yvelines, a dénoncé cette récupération politique, dans "Apolline Matin" ce jeudi sur RMC.

"S'exprimer sur ce sujet de la manière dont le font certains responsables politiques, ça ne respecte ni le deuil des familles, ni la mémoire de Lola et c'est inacceptable", a-t-elle dit.

"Eric Zemmour baigne dans l'indécence la plus totale"

Éric Zemmour et ses sympathisants ont lancé une campagne sur les réseaux sociaux avec notamment le terme de "francocide" qui serait, selon eux, le meurtre d'un Français commis par un étranger.

"J’entends toutes les expressions d’Éric Zemmour. D’ailleurs, ça me conforte dans cette idée qu’il baigne dans l'indécence la plus totale, quel que soit le sujet, mais particulièrement celui-ci qui nous a tous touché", a affirmé Nadia Hai.

Elle a ajouté: "La perte dramatique, dans ces conditions, d’une jeune fille de 12 ans nous a tous peiné et on ne peut être que sous le coup de l’émotion quand on parle de ce qui est arrivé à Lola parce que nous sommes, pour beaucoup, parents". Cette peine ne justifie pas, pour elle, cette récupération politique.

"Le gouvernement et un certain nombre de responsables politiques la dénoncent et je la dénonce tout autant."

"C'est une question européenne"

Si la situation administrative de la principale suspecte pose question, "le temps du débat et de l'analyse que nous faisons de cette situation viendront après". D'ailleurs, "vendredi, à l’Assemblée nationale, en commission des finances, nous aurons à examiner le budget de l’asile et l’immigration".

Les questions liées aux reconduites aux frontières, le budget alloué "pour protéger les frontières mais aussi pour accueillir celles et ceux qui ont vocation à venir s'installer en France" seront abordés "sans aucun tabou".

Nadia Hai rappelle que le principe d'obligation de quitter le territoire franças (OQTF) est complexe. "Il faut obtenir les laissez-passer consulaires pour pouvoir raccompagner ces personnes. On ne peut pas parler d’immigration aujourd’hui sans parler de conventions, d’accords bilatéraux avec les pays, qui voient leurs ressortissants quitter leurs territoires. C'est une question européenne et avec les pays concernés par l'immigration", a-t-elle conclu.

AB