RMC

Présidentielle: un facteur raconte les problèmes de distribution des professions de foi

Nicolas, facteur dans l'Hérault, a raconté dans les Grandes Gueules, sur RMC et RMC Story, les problèmes de distribution des professions de foi des candidats à l'élection présidentielle.

Après le scandale des régionales, celui de la présidentielle? La distribution des professions de foi fait encore polémique. À trois jours du premier tour, certains Français n'ont toujours rien reçu, alors même que les postiers ont annoncé avoir déposé un préavis de grève qui pourrait perturber la distribution de la propagande électorale.

Nicolas, facteur dans l'Hérault, a témoigné ce mercredi, dans les Grandes Gueules sur RMC et RMC Story, qu'il n'avait pas encore reçu dans son bureau de poste les différentes professions de foi des candidats:

"On est mercredi matin et on n'a toujours pas vu la moindre enveloppe dans notre bureau de poste", explique-t-il.

La mise sous pli dans les mains des préfectures

En 2021, la distribution avait été en partie privatisée et confiée à la société Adrexo, avec des problèmes d'envoi et de réception à la clé. Cette société était aussi en charge de la mise sous pli des professions de foi, depuis 2010. Mais après le fiasco des élections régionales, le contrat a été cassé. La mise sous pli est désormais dans les mains des préfectures et la distribution uniquement par la Poste.

"Du coup, maintenant, c'est le bazar", témoigne Nicolas, qui avait reçu les professions de foi "le vendredi avant le second tour" lors des élections régionales en 2021. De quoi compliquer la logistique de la distribution, explique le facteur, qui redoute le même problème cette année.

Le gouvernement souhaite à tout prix éviter que le fiasco des régionales se reproduise. Selon Public Sénat, un contrat a été signé avec le cabinet de conseil Sémaphores, à hauteur de 289.000 euros, pour veiller à éviter de nouveaux problèmes. Si de nouveaux ratés venaient à arriver, ce choix pourrait être largement critiqué dans un contexte de l'affaire McKinsey, alors même que ce cabinet de conseil est détenu par un proche du chef de l'État, Pierre Ferracci.

https://twitter.com/mmartinezrmc Maxime Martinez Journaliste RMC