RMC

Elizabeth II: ses relations avec les présidents français, entre complicité et fautes de protocole

La reine Elizabeth II est morte ce jeudi à l'âge de 96 ans. Durant son long règne, elle a eu l'occasion de côtoyer pas moins de dix présidents français différents. Des relations bien différentes en fonction de la personnalité de chacun.

En 70 ans de règne, Elizabeth II a vu défiler trois Républiques françaises et connu dix présidents, de Vincent Auriol à Emmanuel Macron. La reine était parfaitement francophone, francophile même.

On se souviendra notamment de l'accueil du Général de Gaulle à Londres en 1960. L'homme du 18 juin acclamé par la foule au balcon de Buckingham. Quelques années plus tard, la monarque fait la rencontre de Georges Pompidou, qui commet un faux pas très remarqué en lui prenant le bras au moment de monter les marches de l'Élysée. Or, il est formellement interdit par le protocole de toucher la souveraine. Mais la reine n'en prend pas ombrage.

Elle aura ensuite ce geste très symbolique à l'égard de la France. Elle offre l'un de ses labradors, Samba, à Valéry Giscard d'Estaing. Mais c'est avec François Mitterrand que la reine aura la relation la plus forte, pendant les 14 ans où il est resté à l'Elysée. Une relation très complice, une amitié même avec François Mitterrand dont la reine appréciait la culture. Les deux chefs d'Etat inaugurent ensemble le tunnel sous la Manche en 1994.

Des bourdes de François Hollande

Quant à Jacques Chirac, il la faisait rire selon la plupart des spécialistes de la monarchie. Mais il se dit que la reine n'aimait pas trop Nicolas Sarkozy, malgré la révérence parfaite de Carla Bruni Sarkozy à Londres en 2008. En 2014, François Hollande commet plusieurs bourdes lors d'une visite de la reine à Paris. Le président la laisse seule à table quelques minutes pour aller discuter avec Vladimir Poutine. Or, il ne faut jamais laisser un monarque seul.

Quant à Emmanuel Macron, il rencontre la reine à trois reprises, souvent de loin, Covid oblige. La dernière fois, c'était au G7 des Cornouailles en juin 2021. On se souviendra du regard attendri du président français, la reine est déjà très diminuée.

Pierrick Bonno avec Guillaume Descours